Accents d'Europe

Religieuses abusées: l’autre scandale de l’église

Audio 19:30
Des anciennes religieuses témoignent de leur viol. Extrait du film de Marie-Pierre Rimbault, Eric Quintin, Elizabeth Drévillon.
Des anciennes religieuses témoignent de leur viol. Extrait du film de Marie-Pierre Rimbault, Eric Quintin, Elizabeth Drévillon. © Extrait de «Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Eglise»

C’est le titre du long documentaire diffusé, ce soir (5 mars 2019), sur la chaîne franco-allemande Arte. Depuis des décennies, des religieuses subissent des viols commis par souvent par des prêtres. Lorsqu'elles tombent enceintes, elles sont exclues de leur ordre, ou contraintes d'avorter. Si la parole des victimes de prêtres pédophiles s'est libérée, celle de sœurs agressées peine à franchir le mur du silence. Marie-Pierre Raimbault, Eric Quintin et Elizabeth Drévillon ont réussi à donner la parole à ses femmes Elizabeth Drévillon, interrogée par Catherine Rolland.→ Le documentaire sur Arte «Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Eglise».

Publicité

La colère des mineurs de l’est de l’Ukraine. Dans cette région en proie à des combats réguliers, les mines, longtemps fer de lance de l'économie ukrainienne, restent l'un des principaux bassins d'emploi. Mais aujourd'hui, ces mines de charbon sont classées parmi les plus dangereuses au monde. Négligées par les autorités centrales de Kiev, les mineurs le ressentent de plein fouet. Des dizaines d’entre eux viennent de passer plus d’une semaine sous terre, pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail et leurs impayés de salaires. Novohrodivska, Sébastien Gobert.

Des dizaines de mineurs bloquent l'entrée de leur mine de l'Est de l'Ukraine pour récupérer des mois de salaires impayés. Novogrodivka (région de Donetsk), le 17 février 2018.
Des dizaines de mineurs bloquent l'entrée de leur mine de l'Est de l'Ukraine pour récupérer des mois de salaires impayés. Novogrodivka (région de Donetsk), le 17 février 2018. © AFP/Aleksey Filippov

La francophobie se porte bien aux Pays-Bas. Il y a une semaine, l’entrée soudaine de l'Etat néerlandais au capital du groupe aérien Air France/KLM, sans prévenir son partenaire français, a provoqué une vive tension entre les deux pays. Il y a quelques jours, elle est retombée avec l’annonce de concertations communes.
Mais, ce coup de force a surtout révélé la défiance des Néerlandais vis-à-vis des Français. Avec cette prise de participation inamicale, le gouvernement néerlandais a joué sur du velours, tant les sentiments francophobes sont présents chez une partie de la population. Antoine Mouteau.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail