Accéder au contenu principal
Reportage international

Birmanie: les «terres vacantes»

Audio 02:29
Des déplacés de la rébellion kachin dans un camp de Myitkyina, le 10 mai 2018.
Des déplacés de la rébellion kachin dans un camp de Myitkyina, le 10 mai 2018. REUTERS/Ann Wang
Par : Eliza Hunt
4 mn

À partir de demain ( lundi 11 mars 2019 ), des millions de personnes risquent d'être chassées de leurs terres selon l’organisation Human Rights Watch. La raison : un amendement voté il y a quelques mois. Les habitants qui occupent des terres répertoriées comme « vacantes » par les autorités - près de 20 millions d’hectares - ont eu six mois pour demander un permis officiel pour continuer à les utiliser… sans quoi ils seront considérés comme des intrus et risqueront jusqu’à deux ans de prison. Sauf que bon nombre de ces terres dites vacantes sont en fait occupées par les minorités ethniques depuis des générations.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.