Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

En Hongrie, une curieuse banque russe s’installe à Budapest

Audio 03:24
La banque « International Investment bank » est installée à Budapest. (Image d'illustration).
La banque « International Investment bank » est installée à Budapest. (Image d'illustration). ©Akos Stiller/Bloomberg via Getty Images

Il s’agit de l’ancienne banque du Comecom (le système économique qui reliait les pays membres du bloc soviétique) jusqu’ici basée à Moscou. Rebaptisée « International Investment bank » par Poutine, elle a pour membres, d’anciens pays socialistes (Bulgarie, Slovaquie) et des pays alliés de Moscou. Pourquoi cette banque quitte-t-elle Moscou pour Budapest ? Selon le gouvernement Orban, il s’agit de faire de Budapest un « hub » financier qui attirera les investisseurs. Mais l’opposition s’inquiète : car la banque n’est pas obligée de respecter la réglementation bancaire hongroise encore moins européenne.

Publicité

De notre correspondante à Budapest

Selon le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjarto, le fait que cette banque s’installe dans la capitale magyare va « renforcer la position de Budapest en tant que place financière mondiale », et offrir des opportunités aux acteurs économiques hongrois. Avec 40 % des parts, la Russie est le premier actionnaire de cette banque dont la Roumanie, la République tchèque ou Cuba sont également membres. C’était une institution un peu dormante, Vladimir Poutine a voulu la ranimer en lui donnant un nouveau nom.

Le tapis rouge déroulé à Budapest

Le gouvernement hongrois n’offre pas seulement les locaux, il accorde l’immunité diplomatique au personnel de cette banque. Et ce n’est pas le seul sujet d’inquiétude. La banque ne sera pas tenue de respecter la législation bancaire hongroise. Et puis elle pourra inviter des « experts » de n’importe quel pays, auxquels la Hongrie donnera des visas Shenghen, et qui pourront se déplacer librement dans toute l’Union européenne. Pour la députée d’opposition, Zita Gurmai, cette banque est le cheval de Troie de Vladimir Poutine. La députée souligne que les actifs de l’établissement représentent un peu plus d’un milliard d’euros ; c’est un tout petit portefeuille, 2,5 % des actifs de la plus grosse banque hongroise. D’où la suspicion que cette banque russe va abriter un nid d’espions au cœur de l’Union européenne.

Des soupçons liés au profil du directeur de la banque

La cerise sur le gâteau, c’est que le directeur de cette banque russe est lui-même l’héritier d’une lignée d’espions du KGB. Nikolai Kosov est en effet le fils d’un couple d’espions très connus en Russie. Son père, le général Kosov, était le numéro 1 du KGB à Budapest pendant les années 70 ! Quant à sa mère, Yelena Kosova, elle a espionné le projet nucléaire américain et a été célébrée par l’Agence Tass comme « l’une des espionnes les plus extraordinaires du XXème siècle ». L’actuel directeur de la banque serait lui aussi un agent russe, selon des services de renseignement occidentaux. On se souvient que les Etats-Unis, l’Angleterre et l’Allemagne avaient expulsé des dizaines d’espions russes après l’empoisonnement de plusieurs citoyens russes en Grande-Bretagne. Vladimir Poutine prendrait sa revanche en envoyant ostensiblement ses espions au cœur de l’Europe. C’est la conclusion du journal hongrois Index.

Une politique pro-russe

Récemment cette banque russe a prêté de l’argent à une entreprise énergétique hongroise, pour qu’elle achète un distributeur gazier. Or cette entreprise appartient à un ami de Viktor Orban. La banque a donc financé non pas un projet de développement mais l’expansion du groupe d’un oligarche. Jusqu’ici les oligarques hongrois se sont enrichis en pillant les fonds européens. Mais l’Office anti-fraude de l’Union européenne a révélé plusieurs cas de corruption, il va être plus difficile pour ces oligarches d’avoir accès aux fonds européens. Grâce à cette banque russe, ils pourront financer leurs projets.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.