Accéder au contenu principal
Afrique économie

Gabon: l’État peine à fournir de l’eau et de l’électricité de façon permanente

Audio 02:18
Un habitant sur cinq au Gabon n'a pas accès à l'eau et à l'électricité.
Un habitant sur cinq au Gabon n'a pas accès à l'eau et à l'électricité. Pxabay/Free-photo
Par : Stanislas Ndayishimiye

Au Gabon, un an après la réquisition de la SEEG, la Société d’eau et d’électricité, le gouvernement et Veolia – qui était majoritaire – ont trouvé en février dernier un accord, selon lequel le groupe français vend la totalité de ses parts à l’État gabonais. Coupures intempestives d’eau et d’électricité et mauvaise qualité de l’eau distribuée avaient été, entre autres, les récriminations des Gabonais.

Publicité

Plus d’un an après les protestations contre les délestages intempestifs et les pénuries fréquentes d’eau, la colère des Gabonais est aujourd’hui un mauvais souvenir, mais pas pour tout le monde, selon Ibrahim Sendjet Mboulou, président de l’OCG, l’organisation des consommateurs du Gabon. « Il y a des quartiers à Libreville qui ont l’eau et l’électricité en permanence. Mais il y en a d’autres dans lesquels vous pouvez trouver de l’eau dans une partie du quartier et pas dans l’autre ! Nous espérons que les choses vont maintenant bouger, parce que l’État dispose de moyens conséquents. Il n’aura pas d’excuses. »

En plus du manque d’eau et d’électricité pour des usagers qui ont signé des contrats avec la SEEG, ils recevaient aussi des factures exorbitantes, sans commune mesure avec leur consommation réelle, explique Ibrahim Sendjet Mboulou. « La période où nous étions en pourparlers avec les anciens responsables de Veolia, ils nous ont dit qu’ils venaient d’expérimenter un logiciel et c’est celui-ci qui a amené toute la catastrophe et causé des dommages aux clients. Nous ne savons pas comment la SEEG peut aujourd’hui dédommager des milliers de clients qui se retrouvent dans ce cas-là. »

Ce que dit le gouvernement du Gabon

Pour répondre aux interrogations de certains abonnés lésés, voici en revanche une réaction du ministre gabonais de l’Énergie, Tony Ondo Mba. « Les objectifs assignés à la SEEG sont très clairs et très simples. Il s’agira d’apporter l’eau et l’électricité à tous les Gabonais, aux meilleurs tarifs possibles et aussi en tenant compte des obligations liées à l’environnement. » Encore faudra-t-il que la SEEG atteigne ces objectifs. Mais dans combien de temps ? Lors d’un récent passage à Paris, le ministre gabonais des Transports s’est contenté de dire ceci : « Les coupures d’eau et d’électricité sont légion en Afrique. Nous travaillons à faire diminuer au maximum l’ensemble de ces désagréments. »

Un accès continu à l’eau et à l’électricité fait partie des atouts mis en avant pour faire venir les entreprises dans la Zone économique spéciale de Nkok, près de Libreville, à côté d'avantages fiscaux, précise Gabriel Ntougou, administrateur général de cette zone. « Pour beaucoup d’investisseurs, il y a d’autres aspects tels que l’accès au foncier, à l’eau et à l’électricité. Et dans la zone de Nkok, vous n’avez plus ces problèmes (délestages et pénuries d’eau, ndlr). »

La SEEG a une capacité de production de 500 MW. C’est encore insuffisant pour fournir de l’énergie de qualité à tous les Gabonais. Sur les quelque 2 millions d’habitants que compte le pays, un sur cinq n’a pas accès à l’eau et à l’électricité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.