Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une: Macron-Jupiter est descendu de l’Olympe

Audio 06:40
Emmanuel Macron lors de la conférence de presse du 25 avril 2019 à l'Elysée.
Emmanuel Macron lors de la conférence de presse du 25 avril 2019 à l'Elysée. @AFP

Publicité

C’est l’avis du journal La République des Pyrénées, même si, pour l'instant, « ce n'est que verbalement », pointe ce quotidien du sud de la France. Certes, admet L'Eclair des Pyrénées, « c’est Jupiter toujours, qui dicte ses volontés au gouvernement, mais qui le fait avec une modestie affichée. Comme pour se rapprocher des gens, et les faire entrer dans ses propres convictions ».

De son côté, le journal Libération revient en Une sur les annonces d’Emmanuel Macron en matière de fiscalité et se demande « pour qui et comment ? ». Réponse de ce quotidien, librement inspiré de « la morale de la Fontaine revue et corrigée par Bercy : on ne peut pas contenter tout le monde et son fisc ». Car, sans entrer dans les détails hautement technocratiques, les 5 milliards de baisses d’impôts sur le revenu annoncés par le président aboutissent à un « casse-tête technico-politique qui occupera les énarques de Bercy ce printemps, peut-être même cet été : comment faire qu’une baisse générale profite aux uns et moins aux autres ? ».

« Jupiter en rabat et fait amende honorable, enchérit Le Républicain Lorrain, il maintient certes le cap. Mais n'en marque pas moins une inflexion sociale : baisses d'impôts pour 15 millions de foyers fiscaux ; minima de 1 000 euros/mois pour les retraités disposant d'une carrière complète ; suppression de l'objectif de réduction de 120 000 fonctionnaires. Surtout, pour régler l'ardoise, il lorgne sur les niches fiscales des entreprises... La rue lui laissera-t-elle le temps de dérouler l'acte II de son quinquennat ? ».

Macron vs « Gilets jaunes »

C’est aujourd’hui samedi, et donc le jour des « gilets jaunes » ! Selon un sondage Fiducial-Odoxa pour Le Figaro, 78 % des Français estiment que la « casse et les dégradations des lieux publics et privés » se reproduiront lors de prochaines grandes manifestations, 73 % des sondés pronostiquant même des « scènes de pillages en marge des futures manifestations ». Autre indication de ce sondage publié par Le Figaro, 20 % des consommateurs disent « s’être moins rendus dans les commerces de centre-ville et 16 % ont moins utilisé leur voiture pour éviter les blocages ».

En tout cas pour Le Journal de la Haute-Marne, il ne fait guère de doute que l'intervention d'Emmanuel Macron visait officiellement à éteindre l'incendie social allumé par les « gilets jaunes ». « Il n'y est sans doute pas parvenu, énonce ce quotidien du centre-est de la France. Il le savait d'avance. Les manifs prévues aujourd'hui le démontreront une nouvelle fois ».

Le quotidien Les Dernières Nouvelles d'Alsace n’écrit pas autre chose. « Les gilets jaunes resteront remontés tant que Macron persistera à leur refuser ce gage qu'il n'est pas le président des élites et des très riches - le scalp de l'ENA est ici un symbole indigent et hors sujet ».

Toujours plus

Mais il n’y a pas que l’ENA. Le Figaro trouve que « les mesures égrainées jeudi soir vont encore un peu plus charger la barque. Il n'est plus question de réduire la fonction publique ni de repousser l'âge légal de départ à la retraite. Quant aux quelques gadgets sortis pour remettre « l'humain au cœur du projet et faire face aux grandes peurs », leur mise en place ne sera pas gratuite, prévient Le Figaro. « Rien ne sera comme avant », avait lancé la nouvelle porte-parole du gouvernement, à l'issue du grand débat national. Eh bien si, la dépense publique, encore et toujours ! Cet « art d'être - trop – français », source de bien des blocages de notre pays... », déplore ce quotidien conservateur.

Bah, soupire le journal Le Midi Libre, le chef de l'État « raconte le roman français. L'écrit peut-être. Quand beaucoup de Français réclament du concret, du sonnant, moins de trébuchant, il répond qu'il trace un cap, presque qu'il est un guide. Si la confiance se mesure à l'approbation, le chemin est encore long », prédit ce journal du sud de la France.

Inversion de la courbe ?

La baisse du chômage se confirme en France. Comme le souligne le journal La Montagne, « le taux de chômage continue de baisser, même si la décrue est lente. Ce bon résultat économique n'est pas totalement imputable à Emmanuel Macron, il avait déjà pris cette direction durant la dernière année de François Hollande. Avec 8,5 % de la population active (pour la métropole), c'est un des taux les plus bas depuis dix ans, souligne La Montagne. La baisse va-t-elle continuer pour toucher le plancher du chômage structurel autour de 7,5 % qui, dit-on en France, est une forme de plein-emploi ? De partout montent des signaux de grandes difficultés des entreprises pour satisfaire leurs recrutements ».

Danger dans le ciel égyptien

En Égypte, deux mois après le crash d’un avion militaire Rafale, un Mirage 2000 s’est écrasé « au sol ». Selon Mediapart, cet avion acheté dans les années 2000 s’est écrasé le 11 avril dernier peu après son décollage de la base militaire de Gebel El-Basur. Les deux pilotes égyptiens ont réussi à s’éjecter de leur biplace en plein vol, et sont « sains et saufs », complètent ce journal sur Internet. Un accident qui intervient trois mois après le crash d’un Rafale lors de la visite d’Emmanuel Macron au Caire en février dernier, et qu’avait également révélé Mediapart. Ce journal en ligne évoque « un défaut moteur de l’appareil français »opérant en Égypte. L’accident n’aura aucun impact sur les relations entre Dassault et son client égyptien, mais « si les négociations pour la vente de douze nouveaux Rafale sont toujours en cours, les Égyptiens demandent des rabais », affirme une source dans Mediapart.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.