Accéder au contenu principal
En sol majeur

Gauz à Abidjan: un camarade-romancier qui tutoie la francophonie

Audio 48:30
L'écrivain Gauz au Salon du Livre d'Abidjan.
L'écrivain Gauz au Salon du Livre d'Abidjan. © RFI/Yasmine Chouaki
Par : Yasmine Chouaki

Franchement, faire le voyage Paris-Abidjan pour rencontrer Gauz, c’est cadeau. Le beau prétexte de ce week-end En Sol Majeur en Côte d’Ivoire, c’est la 11ème édition du Salon international du Livre d'Abidjan qui s’y déroule jusqu’à ce soir. Hier (16 mai 2019), grâce à l’Institut français nous recevions Yacouba Konate (professeur de philosophie et directeur général du Masa), aujourd’hui on se prépare au grand rire avec un auteur qui ne mâche pas ses mots, son enjaillement, mais aussi son Histoire et sa perception du grand Capital. C’est Gauz, l’ecchymose qui fait du bien. Depuis ses années d’étudiant sans-papiers en France, de l’eau a coulé sous tous les ponts: celui d’Avignon, comme celui d’Houphouët-Boigny. Gauz enjambe, envisage et observe. Photographe, documentariste, directeur d’un journal satirique, après son premier roman Debout-payé, il nous revient son sac de la grande Histoire sur l’épaule, avec Camarade-papa... où l’on voit qu’il connaît bien son histoire coloniale, avec un double regard synonyme peut-être de cette fameuse double culture. Loufoque, déjanté, révolutionnaire, est-ce que Gauz est un «gilet jaune» de l’écriture ?

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.