Invité international

Soudan: «Les milices font le sale boulot que l’armée ne veut pas faire»

Audio 07:04
RFI

Au moins cent personnes sont mortes dans la répression de la contestation soudanaise depuis lundi, date de la dispersion, sur ordre du Conseil militaire au pouvoir, du sit-in devant le QG de l'armée à Khartoum, a annoncé ce mercredi le comité des médecins. Depuis cette dispersion, qualifiée de « massacre » par la contestation, des paramilitaires reliés à l'armée, les Forces de soutien rapide (RSF), ont été déployés à travers le pays, notamment à Khartoum. Les RSF sont d'ordinaire cantonnées à d'autres régions en conflit au Soudan et sont accusées d'avoir commis de graves exactions au Darfour (ouest). Les explications de Marc Goutalier, politologue et consultant à l’Observatoire des pays arabes (OPA), auteur de Quand le printemps brouille les cartes - Une histoire stratégique des frontières arabes (Editions Le Félin, février 2017).

Publicité

« Omar el-Béchir était issu de l’armée et avait créé des milices pour contrebalancer le poids de l’armée car il se doutait bien qu’elle pouvait se retourner contre lui. Et maintenant il y a plusieurs groupes paramilitaires qui cohabitent avec l’armée. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail