Accéder au contenu principal
En sol majeur

Ousmane Doumbouya, des prisons guinéennes au rap français

Audio 48:30
Ousmane Doumboya.
Ousmane Doumboya. © Anne Volery
Par : Yasmine Chouaki

C’est d’abord un homme, c’est d’abord Ousmane. C’est d’abord un homme né à Conakry en Guinée, qui souhaitait devenir cinéaste, et qui s’est retrouvé dans un mauvais film derrière les barreaux, sur les routes de l’exil, puis une embarcation de fortune, et aujourd’hui avec un dossier de demandeur d’asile. C’est d’abord Ousmane Doumbouya, 37 ans, qui a suffisamment vécu, suffisamment à dire pour ne pas être perçu comme un migrant, c’est-à-dire comme un sans visage. Ancien étudiant en mathématique et en informatique, il a ce quelque chose de l’homme conscient qui a voulu en découdre avec le gouvernement d’Alpha Condé, d’abord en se frottant au rap, puis au documentaire sur les prisons en Guinée. La suite, c’est ce mauvais film qui fait d’Ousmane Doumbouya une plume urgente du rap français, et qui a rejoint l’Atelier des artistes en exil, devenu le lieu de ralliement de 200 créateurs réfugiés ou demandeurs d’asile...

Publicité

Les choix musicaux de Ousmane Doumboya

Ousmane Doumbouya Ewama-wonan-master

Mc Solar La vie est belle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.