Accéder au contenu principal
Le coq chante

La 5ème édition du Salon international du textile africain, ou SITA 2018

Audio 19:30
Abdoulaye Mossé, commissaire général du Salon international du textile africain.
Abdoulaye Mossé, commissaire général du Salon international du textile africain. © RFI/Sayouba Traoré
Par : Sayouba Traoré
23 mn

Aujourd’hui, nous faisons un retour sur le Salon international du textile africain ou SITA 2018, qui s'est tenu à Ouagadougou au Burkina Faso, du 28 au 30 novembre 2018.Ce Salon international du textile africain (SITA) est un marché de promotion, de négociation et d’échanges, qui rassemble sur un même espace, différents professionnels du textile vestimentaire et de l’ameublement. Il y a donc au programme, la grande parade des tenues traditionnelles africaines en guise d’ouverture, une conférence internationale sur le thème : « l’avenir du textile africain », une série de défilés de mode, des stands d’exposition du textile africain qui réunit différents exposants venus du Burkina Faso, de l’Afrique et de certains pays hors du continent, des séances de formation, le clou de tout ceci étant « la nuit du coton ».

Publicité

(Rediffusion du 6 janvier 2019)

Qu’est-ce qui explique la tenue d’un tel événement ? Le coton est la principale culture de rente et d’exportation de plusieurs pays africains. Sa culture et son traitement occupent une grande partie des activités des populations africaines. Le coton est principalement utilisé dans le textile vestimentaire. Cette fonction première fait du textile africain un langage, une marque d’identité. Donc une affaire culturelle, sociale, mais aussi économique. Il se trouve que le textile africain est aujourd’hui confronté à de nombreuses difficultés dont : l’abandon progressif de son usage par les Africains au profit des tenues faites à base de tissus issus de produits non dérivés du coton ; la concurrence que lui oppose le textile venu d’ailleurs, du fait du faible coût de cette dernière catégorie ; la disparition progressive de certains types de textiles.

En réalité, la situation de ce textile africain est un crève-cœur. Terre de production de la matière première principale, dotée d’une large palette de savoir-faire, et en même temps ne pas pouvoir tirer profit de tous ces atouts. Et cela est commun aux 17 pays qui ont participé à cette 5ème édition du SITA. Il fallait donc réagir.

Invités :
- Abdoulaye Mossé, commissaire général du Salon international du textile africain
- Antoinette Yaldia, directrice générale du Salon international du textile africain
- Ouoba Emmanuel, artisan entrepreneur, responsable du Centre de formation aux métiers du textile à Manga
- Dabiré Agathe, styliste.

Production : Sayouba Traoré
Réalisation : Ewa Piedel

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.