Accéder au contenu principal
Invité France

Plan «anti-stups»: «Les services de répression ne s'entendaient pas du tout»

Audio 04:21
RFI

En gestation depuis plus d'un an, le nouveau plan du gouvernement contre le trafic de stupéfiants a été dévoilé ce mardi à Marseille par quatre ministres, avec à la clé la réforme de l'office « anti-stups ». Le projet de refonte de l'Office central pour la répression du trafic illégal de stupéfiants (Ocrtis) était attendu comme l'une des principales mesures du plan et pourrait définitivement tourner la page des récents scandales qui ont entaché la réputation du prestigieux office anti-drogues sur fond de politique du chiffre, de rivalités entre services et de crise de confiance entre policiers et magistrats. L’éclairage de Frédéric Ploquin, journaliste d'investigation et écrivain. 

Publicité

« Aujourd’hui, la drogue est, comme le disait le ministre de l’Intérieur, la matrice de tous les crimes. C’est-à-dire que de cette activité criminelle découle les trafics d’armes, mais également les règlements de comptes et peut-être une partie des vols. »

► À lire aussi : Création de l'Ofast, un office unique contre les trafics de drogue

Frédéric Ploquin est l'auteur de C’était la PJ, le temps béni des flics (sortie prévue le 25 septembre aux éditions Fayard).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.