Accéder au contenu principal
Invité international

Condamnation au Maroc de H.Raissouni pour avortement: «la justice et la police sont instrumentalisées

Audio 07:49
Journaliste au quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, Hajar Raissouni risquait jusqu'à deux ans de prison en vertu du code pénal marocain, qui sanctionne les relations sexuelles hors mariage et l'avortement.
Journaliste au quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, Hajar Raissouni risquait jusqu'à deux ans de prison en vertu du code pénal marocain, qui sanctionne les relations sexuelles hors mariage et l'avortement. REUTERS/Youssef Boudlal/File Photo
Par : Florent Guignard
9 mn

La journaliste marocaine Hajar Raissouni a été condamnée à un an de prison ferme pour «avortement illégal»et «relations sexuelles hors mariage» par le tribunal de Rabat, une affaire qui a suscité l'indignation dans le royaume et à l'étranger. Analyse d'Aboubakr Jamaï, professeur à l’Institut américain universitaire (IAU College) à Aix-en-Provence et ancien directeur des hebdomadaires Le Journal et Assahifa Al-Ousbouiya à Casablanca.

Publicité

Hajar Raissouni, journaliste du quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum a dénoncé un procès politique, elle nie tout avortement, assurant avoir été traitée pour une hémorragie interne, ce que son gynécologue a confirmé devant le tribunal. Arrêtés et jugés en même temps qu'elle, son gynécologue a écopé de deux ans de prison ferme, son fiancé d'un an ferme, un anesthésiste d'un an de prison avec sursis et une secrétaire de huit mois avec sursis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.