Accéder au contenu principal
Chronique des médias

L'ambigu Éric Zemmour

Audio 02:49
Éric Zemmour.
Éric Zemmour. AFP/Joël Saget

Le polémiste Éric Zemmour a suscité un véritable tollé, après ses propos anti-islam et anti-immigration tenus samedi dernier à une tribune politique et retransmis en direct sur la chaîne d’info LCI.

Publicité

Il y a d’abord les propos eux-mêmes, se revendiquant ouvertement de la théorie du grand remplacement de Renaud Camus, parlant de « guerre d’extermination de l’homme blanc hétérosexuel », au profit d’une population immigrée et musulmane, assimilant islam et occupation nazie, appelant les « Français de souche » à se battre pour « rester majoritaires sur la terre des leurs ancêtres ».

Ce discours de haine tenu samedi dernier à l’autoproclamée convention de la droite avec Marion Maréchal, n’a pas surpris ceux qui entendent depuis des années Éric Zemmour faire commerce de ce que l’historien Gérard Noiriel appelle une « grammaire identitaire » empruntée à Edouard Drumont, l’auteur antisémite de La France juive.

Prenez le mot « juif », remplacez-le par le mot « musulman » ou « islam », et vous aurez tout ce que l’essayiste Emmanuel Todd dénonce : la création d’un nouveau bouc-émissaire, dans le cadre d’un racisme bourgeois, toléré, se drapant dans la liberté d’être islamophobe, alors même qu’Éric Zemmour a été condamné il y a trois ans pour incitation à la haine religieuse.

Cette semaine, le parquet de Paris a d’ailleurs annoncé, après son discours, l’ouverture d’une enquête pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, la haine ou la violence ».

Et puis, il y a aussi la diffusion en direct pendant 32 minutes d’une intervention dont on sait d’avance qu’elle flirtera avec la ligne jaune, qu’elle jouera sur la peur de l’immigré et dont on espère secrètement qu’elle fasse scandale pour faire le buzz. La chaîne d’info a reconnu qu’elle n’avait pas trouvé le « format » adapté, la retransmission in extenso l’empêchant de prendre ses distances avec les propos.

L’instance de régulation, qui a déjà reçu plus de 400 signalements, mettra sans doute en demeure la chaîne de maîtriser son antenne. Memona Hintermann, un ancienne du CSA, demande d’aller plus loin en proposant de couper le signal de la chaîne.

En 2014, avant Charlie Hebdo, Eric Zemmour parlait déjà d’envahisseurs à propos des migrants sur la chaîne iTélé. On le voyait comme un chroniqueur, un journaliste alors qu’il était déjà un idéologue d’extrême droite. Et il pouvait garder au Figaro, sur France 2, RTL, et bientôt Paris Première sa posture d’éditorialiste.

Depuis un éditorial du Monde cette semaine, ce n’est plus possible d’ignorer que son discours est « d’inspiration fasciste ». RTL a été contraint de lui retirer sa chronique du vendredi. Il est désormais sous surveillance à Paris Première et au Figaro, mais toujours bien présent en profitant de son ambiguïté d’essayiste pyromane que légitiment certains médias confrères.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.