Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Une «robolution» pour les seniors

Audio 02:13
le Toyota Research Institute tente de mettre au point des robots domestiques universels.
le Toyota Research Institute tente de mettre au point des robots domestiques universels. Toyota Research Institute

Des chercheurs japonais expérimentent des robots capables d’effectuer des tâches ménagères en tout genre. Objectif des scientifiques nippons ? Créer des machines dotées de dispositifs d’intelligence artificielle auto-apprenants et surtout évolutives qui s’adapteront automatiquement aux besoins des personnes âgées en situation de dépendance.

Publicité

Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé, l’Humanité est en train de prendre un sacré coup de vieux. D’ici à 2050, les plus 60 ans seront deux fois plus nombreux qu’aujourd’hui et bon nombre de personnes âgées se retrouveront en situation de dépendance, bien incapables de s’occuper physiquement des tâches ménagères dans leurs habitations. C'est la raison pour laquelle, le Toyota Research Institute tente de mettre au point des robots domestiques universels pour les épauler.

Des majordomes-électro, dopés aux programmes d’intelligence artificielle pour devenir véritablement multitâches. Les chercheurs de l’Institut japonais ont utilisé les méthodes de programmation du « Deep Learning » ou « d’apprentissage profond » en français, pour éduquer leurs robots.

« Même ainsi, ils étaient toujours incapables d’apprendre de nouvelles tâches qui n’étaient pas préprogrammées » constataient les roboticiens. Quand un évènement inattendu survenait, comme de faire fonctionner un nouvel appareil électroménager, ces machines se retrouvaient complètement dépassées par la situation. Les ingénieurs nippons ont donc dû imaginer un nouveau mode d'apprentissage en employant cette fois les casques immersifs de la réalité virtuelle.

Un formateur humain visualise en direct et en 3D ce que le robot perçoit, mais ne comprend pas, il reprend alors la main et le pilote pour lui enseigner les bons gestes à accomplir. Un processus de formation qui permet aux machines d'accumuler et d’utiliser des connaissances pour décrypter les environnements complexes d’un habitat, par exemple.

Conscients que chaque logement est unique dans sa configuration, les chercheurs de l’institut ne prévoient pas évidemment de mettre un humain derrière chaque robot. Si votre « domestique » électronique est incapable d’ouvrir la porte de votre nouveau frigo, il se connecte aux serveurs informatiques de l’institut et télécharge toutes les informations utiles pour mener à bien son travail. D’« élève », il devient ensuite « professeur» transmettant son savoir aux autres machines.

L’intelligence de ces robots fonctionne donc en réseau. Pour l’instant, il ne s’agit que de prototypes bien loin d’une éventuelle commercialisation. En revanche, la firme Toyota envisage d’adapter sa technologie aux chaînes de production automatisées des usines. Ce n’est donc pas demain que nous posséderons notre domestique idéal qui accomplira et sans ronchonner s’il vous plait, toutes les corvées du ménage, à notre place.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.