Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Les prix du riz vietnamien dévissent

Audio 01:43
Une rizière au Vietnam. Le riz est touché par le ralentissement du commerce mondial.
Une rizière au Vietnam. Le riz est touché par le ralentissement du commerce mondial. CC0 PIxabay/Marjorie Louvion

Le ralentissement du commerce mondial atteint les échanges de riz. Les volumes exportés sont en baisse. Les prix de la céréale chutent, en particulier en provenance du Vietnam.

Publicité

12 % en septembre, les prix du riz vietnamien dévissent. Le troisième exportateur mondial cherche à tout prix à vendre avant la prochaine récolte, mais comme l'observe l'économiste du Cirad, Patricio Mendez del Vilar, les principaux débouchés du Vietnam, l'Asie du Sud-Est et la Chine, se ferment.

Le riz est lui aussi touché par le ralentissement du commerce mondial. Selon la FAO, les échanges devraient se contracter de 5 % en 2019 alors que la baisse de la production mondiale attendue cette année, - 1 %, aurait dû doper les ventes de riz.

Stocks historiquement élevés

Mais les stocks permettent aux importateurs d'attendre. Ces stocks sont à leur plus haut niveau de l'histoire, près de 183 millions de tonnes, plus d'un tiers de la consommation mondiale !

Des réserves logées comme on s'y attend en Inde et en Chine, mais aussi chez les grands pays importateurs comme l'Indonésie et les Philippines. C'est pourquoi à l'arrivée les cours du riz chutent de 3,5 % en moyenne mondiale en septembre.

Le riz chinois en Afrique aux dépens du riz thaï

Si l'impact sur les prix est très fort au Vietnam, l'impact sur les volumes sera surtout supporté par la Thaïlande. Le deuxième fournisseur mondial devrait exporter 20 % de moins cette année. Et cela va se voir en Afrique subsaharienne. C'est pourtant l'un des seuls marchés du riz en expansion, les importations de riz devraient y progresser de 6 % en 2019, les récoltes étant moins bonnes du Nigeria au Mali. Mais le riz thaïlandais y est de plus en plus concurrencé par le riz indien et par le riz chinois.

Il y a encore trois ans, la Chine n'exportait quasiment pas de riz. Aujourd'hui elle en exporte plus que les États-Unis, presque autant qu'elle en importe (3,3 millions de tonnes prévues en 2019). L'Afrique est devenue un de ses marchés favoris, la moitié des ventes de riz chinois au mois d'août.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.