Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Brexit: un accord qui ne dissipe pas encore les inquiétudes

Audio 19:30
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, en conférence de presse à Bruxelles, le 17 octobre 2019.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, en conférence de presse à Bruxelles, le 17 octobre 2019. © REUTERS

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson va maintenant devoir convaincre son Parlement d'approuver le nouvel accord de Brexit trouvé par les Européens et les Britanniques.

Publicité

Et ce n'est pas encore fait, même si l'accord annoncé à Bruxelles, ce jeudi 17 octobre 2019, est salué comme une véritable avancée après des mois de blocage.
Parmi les premiers concernés par l'accord de Brexit : les Irlandais. Pour des raisons économiques, tant les relations commerciales sont étroites entre Londres et Dublin. Pour des raisons politiques, aussi... puisqu'un Brexit sans accord et le rétablissement d'une frontière menacerait la paix signée, il y a plus de 20 ans entre l'Irlande du Nord, britannique et la République d'Irlande, toujours membre de l'UE.
En attendant le vote des parlementaires, à Londres, les Irlandais vont vivre quelques jours encore dans l'incertitude.
Notre correspondante à Dublin, Emeline Vin, est partie à la rencontre des agriculteurs irlandais.

L’Irlande au cœur des négociations du Brexit, c’est la chronique MyEurop.info de Daniel Vigneron.

Les entreprises craignent toujours une sortie sans accord du Royaume-Uni
Depuis son arrivée au 10 Downing Street, Boris Johnson a accéléré les préparations pour un No deal, notamment à la frontière. Mais, selon un rapport du National Audit Office (NAO), organisme chargé de contrôler les dépenses gouvernementales, la situation à la frontière ne serait pas idéal. Marie Billon.

Chez les partenaires européens, on a également poursuivi les préparatifs en vue d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord. Chaque jour, plus de 10 000 camions venus de toute l'Europe traversent la Manche, par le ferry ou par le tunnel.
En France, en tout cas, on se dit fin prêt, et on ne redoute pas les embouteillages.
Il y a quelques jours, les douanes françaises organisaient d'ailleurs une sorte de répétition générale dans le port de Calais.
Le reportage de nos confrères de la RTBF sur place de François Andreoletti et Annick Capelle...

En République Tchèque, l'industrie brassicole s'inquiète beaucoup de l'impact du Brexit. Les exportations de bière vers le Royaume-Uni sont déjà en forte baisse. Alexis Rosenzweig.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.