Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

À la Une, le giga-meeting PDCI-FPI de Yamoussoukro

Audio 04:43
Félix Houphouët-Boigny. Le PDCI-RDA de l’ex-président de la République Henri Konan Bédié et le FPI de l’autre ex-chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo organisent samedi leur giga-meeting en forme d’hommage au «père de la nation».
Félix Houphouët-Boigny. Le PDCI-RDA de l’ex-président de la République Henri Konan Bédié et le FPI de l’autre ex-chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo organisent samedi leur giga-meeting en forme d’hommage au «père de la nation».

Publicité

C’est en effet demain que, place Jean-Paul II de la capitale ivoirienne, le PDCI-RDA de l’ex-président de la République Henri Konan Bédié et le FPI de l’autre ex-chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo organisent leur giga-meeting en forme d’hommage au « père de la nation » Houphouët-Boigny, où sont attendus « entre 50 000 et 100 000 militants », lance « en Une » le journal Le Sursaut.

« 100 000 personnes (sont) en route pour Yamoussoukro, enchérit Le Temps, les traces de Ouattara bientôt effacées dans le Bélier », c’est-à-dire la région natale de Félix Houphouët-Boigny, clame ce quotidien proche de l’ex-président Laurent Gbagbo.

Et tandis que, ce matin, le quotidien L’Essor publie une « lettre » traitant des « dessous du giga-meeting de Yamoussoukro », Le Nouveau Réveil illustre « sa Une » d’une photo de l’arrivée sur place d’Henri Konan Bédié et de l’accueil « triomphal » qu’il y a reçu. On y voit le président du PDCI, à sa descente de voiture, adresser un coup de chapeau à ses militants, alors que Yamoussoukro « a déjà fait le plein », affirme encore « la Une » de ce quotidien, proche du PDCI.

Ce même chapeau de style panama d’Henri Konan Bédié, c’est sur la tête qu’il le porte sur celle du quotidien Le Bélier, pour en « inviter » les lecteurs aux « journées politiques du PDCI-RDA (de) Yamoussoukro ». Et l’éditorial de cet autre journal proche du PDCI présente Bédié comme « un miraculeux politique ».

C’est donc l’effervescence dans le fief de Félix Houphouët-Boigny, à la veille de ce giga-meeting. Plus que jamais, le PDCI se réclame du « père de la nation » ivoirienne. Comme le signale L’Infodrome, c’est-à-dire le site internet des quotidiens indépendants ivoiriens L’Inter et Soir Info, dès aujourd’hui, « il est prévu une messe à la cathédrale Saint-Augustin de Yamoussoukro et une prière en la mémoire d’Houphouët à la Mosquée de Yamoussoukro. Ces prières seront suivies du pèlerinage au caveau familial de Félix Houphouët-Boigny. A cette occasion, le sphinx de Daoukro (qui n’est autre qu’Henri Konan Bédié) procèdera au dépôt des gerbes de fleurs sur la tombe du père fondateur ».

Le PDCI exclut le RHDP de l’héritage d’Houphouët

Justement. A Abidjan hier, Kagamaté Brahima, président du Comité d’organisation de ces journées de Yamoussoukro, a rappelé que « le PDCI est sorti du RHDP », que le RHDP « ne fait pas parti de nos invités » et que le secrétaire général du FPI Assoa Adou « interviendra au meeting », rapporte L’Infodrome.

« Le RHDP pas invité » à l’hommage à Houphouët, rehausse « la Une » de L’Inter. « Le RHDP indésirable », bucheronne celle de Soir Info. De son côté, le quotidien L’Intelligent d’Abidjan rapporte l’annonce faite hier par Kagamaté Brahima de « la présence de nombreux diplomates étrangers au meeting » de demain.

Et comme le journal Le Matin, proche, lui, de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, estime que le PDCI « appelle Gbagbo et Blé Goudé au secours », on mesure à quelle point la bataille politique autour de l’héritage d’Houphouët va se jouer demain à Yamoussoukro.

Les calculs du grand Condé

Les manifestations contre l’éventualité d’un troisième mandat du président Alpha Condé continuent de préoccuper, et ce jusqu’au-delà même des seules frontières guinéennes. Au Burkina Faso voisin, L’Observateur Paalga y va ce matin de sa recommandation au président Alpha Condé. « Il n’est pas trop tard pour reculer, Professeur ! », lui lance ce journal ouagalais, en invitant le président guinéen à « se montrer à la hauteur du rôle historique qu’il a joué pour mettre la Guinée sur les rails d’une démocratie multipartite. A plus de 80 ans et après une décennie de magistère, il peut quitter la scène politique guinéenne par la grande porte, invite donc L’Observateur Paalga. Alors, si tant est que la réforme constitutionnelle envisagée soit pour améliorer le système de gouvernance démocratique du pays, qu’il ne s’emmure plus dans un silence coupable à ce propos », enjoint-t-il à l’adresse d’Alpha Condé.

De son côté, c’est plutôt la « communauté internationale » que cet autre quotidien ouagalais qu’est Le Pays, invite à rompre le silence au sujet de la situation en Guinée. En lui demandant instamment de sortir de « son mutisme coupable face au rêve de pouvoir à vie d’Alpha Condé et à la dérive meurtrière de son gouvernement », énonce avec urgence Le Pays.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.