Décryptage

Le bras de fer se durcit entre le pouvoir et les manifestants en Irak

Audio 19:30
Manifestation contre la corruption, le manque d'emplois et la médiocrité des services à Bagdad, en Irak, le 27 octobre 2019.
Manifestation contre la corruption, le manque d'emplois et la médiocrité des services à Bagdad, en Irak, le 27 octobre 2019. © REUTERS/Thaier Al-Sudani

Grève générale et désobéissance civile : la contestation s’accentue en Irak. Dans plusieurs villes du sud du pays, le peuple assure qu’il a pris le pouvoir et cherche à le faire savoir. On le lit sur les banderoles, sur les murs…

Publicité

Depuis quelques jours, la colère se concentre sur l’Iran dont les manifestants dénoncent la mainmise et l’influence.
Mais du côté du pouvoir, l’heure ne semble pas à la discussion. Le président a pris la parole hier (3 novembre 2019) et, au premier jour de la semaine, le Premier ministre a estimé que beaucoup de revendications avaient été satisfaites.
Peut-on s’attendre à un retour à la normale, comme il l’a demandé hier soir ? Jusqu’où peut aller le mouvement de colère des Irakiens ?

Avec :
- Hélène Sallon, reporter Moyen-Orient pour Le Monde, envoyée spéciale à Bagdad
- Marc Goutalier, consultant à l’Observatoire des pays arabes, auteur de Quand le Printemps brouille les cartes. Une histoire stratégique des frontières arabes (Éditions du Félin 2017).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail