Accéder au contenu principal
Reportage France

À Paris, des hébergeurs volontaires pour les réfugiés

Audio 02:34
Un couple afghan reçu chez Beatrice et ses enfants.
Un couple afghan reçu chez Beatrice et ses enfants. Marie Casadebaig/RFI

Le 7 novembre, le campement de la porte de la Chapelle (nord de Paris) était démantelé. Plus de 1 600 personnes volontaires, en grande partie des étrangers qui vivaient sous des tentes, étaient « mises à l’abri », selon les termes de la préfecture. En hébergement d’urgence ou gymnase...

Publicité

Un mois plus tard, selon les chiffres officiels, un peu plus de la moitié ont été logés à Paris ou dans le reste de la France. Pour les autres, aucune solution n’a encore été trouvée. L’objectif de la préfecture d’Île-de-France, c’est d’empêcher la réinstallation de campement sauvage, mais cette opération ne règle pas le problème du logement des personnes étrangères.

Plus de 2 000 d'entre eux vivent toujours dans des conditions insalubres toujours dans le nord de Paris et chaque jour ou presque, de nouvelles familles débarquent à Paris, sans solution d’hébergement.

Plusieurs associations tentent de pallier ce manque avec leurs maigres moyens. C’est le cas notamment d’Utopia 56 qui met en lien des familles à la rue et des particuliers prêts à les accueillir une nuit ou deux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.