Invité international

Éthiopie: «Le prix Nobel d’Abiy Ahmed est un gage pour l’avenir» qu’il devra «justifier»

Audio 06:28
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed (d.) récompensé par le président du comité Nobel Berit Reiss-Andersen à l'hôtel de ville d'Oslo en Norvège, le 10 décembre 2019.
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed (d.) récompensé par le président du comité Nobel Berit Reiss-Andersen à l'hôtel de ville d'Oslo en Norvège, le 10 décembre 2019. NTB Scanpix/Hakon Mosvold Larsen via REUTERS

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed reçoit ce mercredi son prix Nobel de la paix. Il a été récompensé en octobre dernier pour ses efforts dans le rapprochement entre son pays et le voisin et rival érythréen. Mais Abiy Ahmed est aujourd’hui confronté à d'importantes difficultés, sur le plan intérieur notamment. On en parle avec notre invité de la mi-journée, Marc Lavergne, directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la Corne de l’Afrique et du Moyen-Orient au laboratoire monde arabe et méditerranéen de l’université de Tours.

Publicité

« Abiy Ahmed n’est pas un grand démocrate, c’était d’abord le chef des renseignements de l’Éthiopie. Mais le fait qu’il soit musulman, le fait qu’il soit oromo indique que l’Éthiopie est entrée dans une nouvelle phase qui rebat les cartes à l’échelle intérieure. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail