Accéder au contenu principal
Invité France

Universitaires détenus en Iran: «leurs libérations dépendent de négociations géopolitiques, on est donc dans le flou»

Audio 05:16
L'anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah.
L'anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah. THOMAS ARRIVE / AFP
Par : Andréane Meslard
7 mn

Après sept mois de détention à Téhéran, l'anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah a entamé mardi dernier une grève de la faim illimitée en compagnie d'une autre chercheuse étrangère détenue, l'australienne Kylie Moore-Gilbert. Accusée de s’être livrée à des activités dissimulées de renseignement, Fariba Adelkhah avait été arrêtée à son domicile le même jour que son collègue et ami Roland Marchal, interpellé pour sa part à son arrivée à l’aéroport de Téhéran.

Publicité

Dans une lettre ouverte adressées au Centre pour les droits humains en Iran (CHRI), les deux universitaires ont dit avoir été soumises à de la «torture psychologique» et à des «nombreuses violations de (leurs) droits humains fondamentaux». Pour en parler, Marielle Debos, chercheuse à l'Université Paris Nanterre et porte-parole du comité de soutien pour les deux chercheurs français.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.