Accéder au contenu principal
La une de la presse cette semaine à Kinshasa

À la Une: semaine agitée à l'université de Kinshasa

Audio 03:00
L'université de Kinshasa, en République démocratique du Congo.
L'université de Kinshasa, en République démocratique du Congo. AFP/Papy Mulongo

Publicité

Unikin fermée ! Le titre a fait la Une des journaux cette semaine. Une semaine agitée à l'université de Kinshasa, explique le bihebdomadaire Le Maximum qui parle des échauffourées entre policiers et étudiants. Bilan, un policier tué et plusieurs blessés parmi les étudiants. Ce sont ces événements qui, raconte le journal, ont entraîné la fermeture du campus jusqu’à nouvel ordre.

Les activités sont suspendues à l’Unikin, soutient, de son côté, le quotidien Forum des As. Selon ce journal, mercredi le gouvernement avait donné 48 heures aux étudiants pour quitter les homes volontairement. Les autorités compétentes de la police nationale, des services de sécurité et de la justice sont chargées d’identifier rapidement les responsables des forfaits commis sur le campus et de procéder à leur arrestation afin qu’ils soient déférés devant la justice, ajoute Forum des As.

« […] les étudiants de l’Unikin protestaient contre la hausse des frais académiques », explique pour sa part Africa News qui écrit : « Les étudiants de l’Unikin menacent de brûler le Centre régional d’études nucléaires de Kinshasa installé au site de cette université. » Selon les confrères d’Africa News, dans ce centre sont stockés de l’uranium et autres combustibles atomiques. D’où l’appel de plusieurs chercheurs pour le renforcement de la sécurité sur ce site afin d’éviter un désastre, peut-on encore lire dans Africa News. Le journal annonce une opération d’identification des étudiants en vue de la réinstallation rapide dans les homes des seuls étudiants régulièrement inscrits.

Autre titre dans les journaux, Affaire Karega : Kigali embarrasse Kinshasa…

Vincent Karega a été désigné pour occuper le poste d’ambassadeur du Rwanda à Kinshasa. Le hic, rapporte le quotidien Le Phare, c’est le profil du candidat pour cette représentation diplomatique. Le journal rappelle : c’est lors du mandat en Afrique du Sud de Vincent Karega, au début des années 2000, que l’on enregistra une série d’attentats et de tentatives d’assassinats ciblés d’opposants au régime de Kagame dans ce pays. L’homme, poursuit Le Phare, paraissait avoir été chargé d’une mission spéciale, car il avait été brutalement retiré de la tête du ministère des Affaires étrangères pour l’ambassade du Rwanda à Pretoria. Selon ce journal, « c’est du reste en raison de son implication présumée dans la chasse aux opposants rwandais que Vincent Karega fut déclaré persona non grata et expulsé vers son pays d’origine. » Et Le Phare de conclure : « En décidant de l’affecter à Kinshasa, en vue d’être accrédité comme ambassadeur, le président du Rwanda a placé son homologue de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi dans une situation fort embarrassante ».

Dans le quotidien L’Avenir, enfin, l’ODEP interpelle le président Tshisekedi sur le financement du programme de 100 jours. Il s’agit du rapport citoyen de l’exécution du budget de l’État de janvier à septembre 2019 qui, à en croire ce quotidien, révèle des faiblesses et irrégularités de procédure ainsi que l’indiscipline budgétaire. À en croire le quotidien L’Avenir, l’ODEP exige du chef de l’État plus d’action dans la lutte contre la corruption et l’assainissement de la gestion des finances publiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.