Côte d'Ivoire: le RHDP d'Alassane Ouattara conserve sa majorité à l'Assemblée nationale

Le RHDP d'Alassane Ouattara conserve la majorité à l'Assemblée nationale après les législatives du samedi 6 mars 2021.
Le RHDP d'Alassane Ouattara conserve la majorité à l'Assemblée nationale après les législatives du samedi 6 mars 2021. © ISSOUF SANOGO/AFP

Les Ivoiriens connaissent désormais le visage de leur nouvelle Assemblée nationale, issue des législatives du samedi 6 mars auxquelles la quasi-totalité des forces politiques avaient participé dans le calme. Après deux jours à égrener les résultats, cette fois, le pays est fixé.

Publicité

Avec notre envoyé spécial et notre correspondant à Abidjan, François Mazet et Pierre Pinto

Le RHDP, le parti au pouvoir, l’emporte donc, fort de ses bastions du nord et en résistant à ses adversaires dans le reste du pays. Les soutiens d’Alassane Ouattara conservent la majorité absolue. Mais le parti ne fait pas aussi bien que ce qu’espéraient ses dirigeants. Le RHDP plafonne à 137 élus, soit 54% des sièges.

Le parti au pouvoir avait mobilisé ses barons et ministres. Une trentaine dont 25 membres du gouvernement sont élus : Patrick Achi, Hamed Bakayoko, Adama Bictogo, Ally Coulibaly notamment. 7 ont été battus comme Raymonde Goudou Koffi, ou Siandou Fofana. Le RHDP garde Bouaké, et l’emporte dans 7 des 13 communes d’Abidjan. Mais perd de justesse la plus symbolique de ce scrutin, Yopougon, au profit de la liste PDCI-EDS, qui envoie notamment Georges-Armand Ouegnin, Michel Gbagbo et Dia Houphouët à l’Assemblée.

C'est une grande satisfaction. Nous sortons de ces élections rassurés, confortés

Adama Bictogo, secrétaire exécutif du RHDP

L'opposition l'emporte à Yopougon

L’oppostion, elle, garde Cocody et l’emporte au total dans 5 communes d’Abidjan, dont les trois communes les plus disputées : Yopougon, Port-Bouët et Marcory pour lesquelles les tractations ont duré toute la nuit. La première, la plus emblématique peut-être, est une reconquête pour les opposants EDS et PDCI, mais pas un triomphe : 450 voix d’avance et seulement 18% de participants. C’est un peu plus large dans les deux autres où le PDCI conserve ses fiefs.

En revanche, le PDCI perd la circonscription de Yamoussoukro commune, l’un de ses bastions historiques, au profit du RHDP. Mais il garde les deux autres circonscriptions du district de Yamoussoukro.

Au total, l’alliance des deux familles politiques pro-Bédié et pro-Gbagbo compte 81 députés, 32% du total. Sont élus Maurice Kakou Guikahue, Jean Louis Billon ou Jacques Ehouo pour le PDCI… Parmi les pro-Gbagbo de retour après 10 ans d’absence, sont élus Georges Armand Ouegnin, Michel Gbagbo ou Hubert Oulaye.

L’UDPCI, le FPI légal et leurs alliés totalisent 10 élus, soit 4% des sièges. Sont réélus chez eux Pascal Affi N’Guessan dans l’est et Albert Toikeusse Mabri dans l’ouest. Les indépendants quant à eux se partagent les 26 autres sièges. Et parmi tous ces députés, le nombre de femmes à l’Assemblée nationale reste faible : 32, soit 12,6%.

À lire aussi : en Côte d'Ivoire, le scrutin échoue à améliorer la représentativité des femmes à l'Assemblée 

Il est à noter que le chiffre de la participation est de 37,88%, à peine meilleur qu’en 2016. Les élections intermédiaires ne mobilisent donc pas les Ivoiriens.

Il est prématuré de dire que le RHDP a la majorité (...) Il y a des recours un peu partout

Franck Anderson KOUASSI, secrétaire national du FPI pro Gbagbo l’EDS

C’est maintenant la phase des recours qui débute : les candidats déçus ont normalement cinq jours pour en déposer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail