Congo-Brazzaville: Sassou-Nguesso réélu président avec 88,57% des voix selon les résultats provisoires

Rassemblement à Brazzaville des partisans de Denis Sassou Nguesso, le président sortant candidat à sa propre succession, le 19 mars 2021.
Rassemblement à Brazzaville des partisans de Denis Sassou Nguesso, le président sortant candidat à sa propre succession, le 19 mars 2021. © REUTERS/Hereward Holland

Le président sortant du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso, a été réélu avec 88,57% des voix pour un mandat de cinq ans, selon les résultats provisoires officiels de la Commission électorale, annoncés par le ministre de l'Intérieur.

Publicité

Le ministre de l'Intérieur, Raymond Mboulou, a lu ce mardi après-midi les résultats circonscription par circonsciption en direct à la télévision publique. Deux heures de déclaration des résultats qui ont été une accumulation de triomphes pour le président sortant, auquel les chiffres de la commission électorale offrent une victoire écrasante.

À 77ans, dont 37 ans cumulés à la tête du pays, il l'emporte partout. Au niveau national, la commisison électorale lui octroie 88,57% des suffrages, c'est plus de 700 000 voix supplémentaires par rapport à 2016, où il avait obtenu 60,19%.

Les opposants ont annoncé des recours

Parmi les six autres candidats en lice, c'est Guy-Brice Parfait Kolélas décédé dimanche soir des suites du coronavirus juste après son arrivée sur le sol français qui est crédité du plus de voix, avec 7,84%. L'ancien ministre Mathias Dzon obtient 1,90% et les autres candidats sont en dessous de 1%. La participation officielle est de 67,55%.

Les opposants ont déjà annoncé qu'ils déposeraient des recours, à commencer par les proches de Guy-Brice Parfait Kolélas qui dénoncent des irrégularités massives. Mathias Dzon a de son côté parlé de « scrutin calamiteux ». Ils ont maintenant trois jours pour saisir la cour constitutionnelle.


► Des dysfonctionnements dans le scrutin selon les observateurs de l'UA et de la CEEAC 

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

Avec ce score de 88,57% des suffrages obtenus, Denis Sassou Nguesso arrive largement devant le regretté opposant Guy-Brice Parfait Kolélas qui totalise 7,84% de voix.

Le président réélu a suivi la publication des résultats en direct à la télévision publique au siège de sa direction de campagne, prise d’assaut par plusieurs centaines de militants qui ont chanté et dansé au rythme de la fanfare.

Aussitôt sa victoire annoncée, Denis Sassou Nguesso est apparu au balcon du troisième niveau de son siège de campagne, bien encadré par des proches arborant des tenues à son effigie. Au pied de l’immeuble, des militants ont chanté et dansé sans s’arrêter.

Dans une brève conférence de presse il a dit regretter la mort de son challenger Guy-Brice Parfait Kolélas, qui était pour lui un fils. Ensuite, il n’a pas caché sa satisfaction après ce succès. « Par ce suffrage, le peuple dans sa majorité a répondu et dit que nous avons la capacité de rebondir et de redresser notre économie et d’aller vers le développement », a déclaré le nouvel élu, qui a également rappelé aux candidats battus que le Congo-Brazzaville était un bien commun.

Les observateurs de l’Union africaine ou encore de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont relevé des dysfonctionnements au cours du scrutin qui s’est déroulé sans incidents majeurs.

En attendant la validation des résultats de l’élection par la Cour constitutionnelle, l’opposant Mathias Dzon, 73 ans, qui a recueilli moins de 2% de voix, les conteste déjà. Il se dit surpris par la vitesse avec laquelle ces résultats ont été compilés et se propose d’introduire un recours pour obtenir leur annulation.

 À lire aussi : Congo-B.: quel sera l’impact du décès de Guy-Brice Parfait Kolélas sur le processus électoral?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail