Danish Siddiqui, un photographe de l'agence Reuters, tué en Afghanistan

Le photographe indien Danish Siddiqui.
Le photographe indien Danish Siddiqui. REUTERS - MOHAMMAD ISMAIL

Lauréat du prestigieux prix Pulitzer et photographe pour l’agence de presse Reuters, Danish Siddiqui a été tué en Afghanistan ce vendredi.

Publicité

« Danish était un journaliste exceptionnel, un mari et un père dévoué, et un collègue très apprécié. Nos pensées vont à sa famille en ces moments terribles », ont déclaré dans un communiqué le président, Michael Friedenberg, et la rédactrice-en-chef, Alessandra Galloni, de Reuters ce vendredi 16 juillet.

Photographe de Reuters et lauréat du prix Pulitzer, Danish Siddiqui a été tué ce vendredi en Afghanistan lors de combats entre les forces de sécurité afghanes et les Talibans à proximité d’un poste-frontière avec le Pakistan.

Les forces afghanes tentaient de reprendre le contrôle de la zone de Spin Boldak, dans le sud du pays, lorsque le photographe indien et un haut gradé afghan ont été tués par des tirs talibans, a indiqué un commandant de l’armée afghane à Reuters.

Lauréat du Pulitzer en 2018

Danish Siddiqui couvrait pour l’agence de presse depuis le début de la semaine le conflit en Afghanistan auprès des soldats afghans près de Kandahar, une grande ville du sud du pays. « Nous cherchons de toute urgence plus d'informations et travaillons avec les autorités de la région », ajoutent le président et la rédactrice-en-chef de l’agence.

Il avait obtenu le prestigieux prix Pulitzer en 2018 pour son travail en Birmanie sur la crise des réfugiés Rohingyas et travaillait pour Reuters depuis 11 ans. Il a notamment couvert les guerres en Afghanistan et en Irak, la crise des Rohingyas, les manifestations à Hong Kong ou des tremblements de terre au Népal.

Le club des correspondants étrangers d’Asie du Sud, basé à New Delhi, avait aussi récompensé Danish Siddiqui d’un prix spécial. « L’empathie avec les humains et avec la nature en général est une partie très importante de notre métier de journaliste et le travail de Danish montrait énormément cela, car à travers son viseur, il regardait le monde avec empathie », indique Munish Gupta, son président, au micro de notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis.

Ces derniers mois, Danish Siddiqui a couvert avec force la crise du Covid-19 qui a ravagé son propre pays, l’Inde. Ses images de patients en manque d’oxygène ou celles de crématoriums de fortune à New Delhi, ont fait le tour du monde.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail