Terrorisme: le procès des attentats du 13 novembre 2015 s'est ouvert à Paris

Un policier devant l'entrée du Palais de justice de Paris.
Un policier devant l'entrée du Palais de justice de Paris. AP - Francois Mori

Le procès des attentats du 13 novembre 2015, les pires attaques jihadistes commises sur le sol français, s'est ouvert, ce mercredi 8 septembre, devant la cour d'assises spéciale de Paris. Vingt accusés doivent être jugés pendant neuf mois, dont Salah Abdeslam. Il s'agit du seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis lors d'une nuit d'horreur qui a traumatisé le pays.

Publicité

C'est à 13h17 (heure de paris) que ce procès hors norme, prévu pour durer près de neuf mois, s'est ouvert dans une salle spécialement dédiée du Palais de justice de l’île de la Cité, à Paris.

Principal accusé, Salah Abdeslam se tient dans le box, entouré de nombreux gendarmes. Barbe noire dépassant de son masque de la même couleur, cheveux sombres mi-longs coiffés en arrière, tee-shirt noir, il a discuté un instant avec ses avocats, Me Olivia Ronen et Martin Vettes, avant de s'exprimer brièvement. 

« Tout d'abord, je tiens à témoigner qu'il n'y a pas de divinité à part Allah et que Mohamed est son messager », a déclaré le seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts à Paris. Interrogé ensuite sur sa profession, il a répondu : « J'ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l'État islamique ».

À lire aussi : Attentats du 13-Novembre: les multiples enjeux d'un procès hors norme

Dix autres accusés sont présents dans le box. Trois autres, qui comparaissent libres, sont assis hors du box, sur des chaises. Dans la grande salle de 550 places ont pris place une majorité de robes noires d'avocats, et quelques dizaines de parties civiles et de journalistes.

La France « plongée dans l'horreur »

Des kamikazes devant le Stade de France, des armes de guerre en plein Paris, 130 morts : la nuit du 13 novembre 2015, « la France tout entière a été plongée dans l'horreur », a rappelé ce mercredi matin le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, au micro de BFMTV et RMC.

« Ces événements sont entrés par effraction dans les mémoires et notre mémoire collective », a insisté le garde des Sceaux, pour qui le défi du procès est double : que la justice « soit rendue conformément aux règles qui sont les nôtres depuis des siècles et que nous soyons au rendez-vous logistique ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI