Portrait

Hadama Diakité, le jeune Malien qui filme les visages du dérèglement climatique

Hadama Diakité, Lauréat du grand prix ePOP Edition 2020, et du prix de l’urgence scientifique pour l’Edition 2021
Hadama Diakité, Lauréat du grand prix ePOP Edition 2020, et du prix de l’urgence scientifique pour l’Edition 2021 © Gaël Flaugère / RFI

Les vidéos sur la crise écologique de Hadama Diakité sont à la fois des cris de détresse et des souffles d’espoir partagés aux 100 000 membres de la communauté ePOP. Au milieu des productions de 650 jeunes de 38 pays, ses vidéos décrivent un Mali où la tragédie écologique impacte la qualité de vie des populations : pollution de l’air et de l’eau, circulation restreinte, exploitation sauvage de l’or, envahissement des déchets… Hadama a gagné deux prix aux concours de ePop Network. 

Publicité

Hadama Diakité est ému lorsqu'il prend la parole sur la scène du Congrès Mondial de la Nature, à Marseille, où le ePOP Network l’accueillait pour lui remettre deux prix en présence d’autres ePOPers venus d’Inde, de La Réunion ou du Burkina Faso. Un peu impressionné, il évoque rapidement son parcours de jeune engagé : « À 10 ans, j’ai rejoint une association locale dont la mission était de balayer les rues de son quartier. Dès six heures du matin, nous nous retrouvions pour collecter les déchets souvent même au-delà de nos rues. »   

Déçu de l'inaction des autorités locales

Son diplôme universitaire en poche - filière informatique et industrielle -, il passe le concours de la fonction publique où ses missions l‘amènent à réaliser des vidéos. Pour ce jeune Malien très concerné, mais aussi « déçu » par l’inaction et la corruption des autorités locales, incapables d’assurer une gestion concertée de la crise environnementale, il était hors de question de rester muet ou inactif. Il fallait recueillir ces témoignages de la population, afin d’alerter la communauté scientifique, mais aussi les médias et le grand public. « J’ai eu envie de faire des vidéos, dit-il. Ça me paraissait évident que ces témoignages devaient être partagés. Et la communauté ePOP s’est rapidement révélée comme étant l’outil idéal pour concrétiser ce projet et le relayer. »   

Survivre sur une montagne de déchet

Quelques mois plus tard, sa première vidéo est élue lauréate du grand prix ePOP 2020. Elle raconte le quotidien d’une femme qui vit, ou plutôt survit, sur une montagne de déchets plastiques. Hadama nous avouera, non sans fierté, qu’après sa publication massive sur les réseaux sociaux de ePOP, un riche donateur a décidé de lui construire une maison. 

Malgré son grand prix 2020 et son prix de l’urgence scientifique pour l’édition 2021, Hadama reste humble et encourage les personnes à suivre leur instinct et à rester vigilantes : « Ma démarche est simple : continuer à alerter en donnant la parole aux humains confrontés quotidiennement aux conséquences des changements environnementaux ou climatiques. Montrer la détérioration effective de leur qualité de vie, comme les dégâts causés par l’exploitation de l’or, qui a un impact désastreux sur l’écosystème en raison des produits toxiques, comme le mercure, déversé dans l’eau déjà rare dans la région. »

Pour le jeune homme, sa venue à Marseille est une chance inouïe  : « Le Congrès Mondial de la Nature est un lieu d’échanges incroyables avec des chercheurs, des organisations internationales, des ePOPers du monde. Elle m’a permis de compléter mes propres recherches. » 

Ses contributions dans le réseau ePOP ne sont que le début de l'histoire de Hadama, promis à un bel avenir de lanceur d'alerte. Ce dernier est convaincu que « face aux problèmes évoqués, il faudrait rapidement engager des discussions avec les exploitants, tout en poursuivant la captation des témoignages d’habitants afin de pouvoir évaluer régulièrement le niveau de progression, ou de détérioration, de leur qualité de vie. »

À lire aussi : L'interview de Max Bâle, fondateur de ePop

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail