Accéder au contenu principal
Pologne / Immigration

200 réfugiés tchétchènes arrêtés à la frontière germano-polonaise

Après plusieurs heures de négociations avec la police, les réfugiés tchétchènes sont finalement descendus à quai.
Après plusieurs heures de négociations avec la police, les réfugiés tchétchènes sont finalement descendus à quai. TV N24 (télévision polonaise)
Texte par : RFI Suivre
1 mn

En Pologne, un train transportant près de 200 réfugiés, essentiellement Tchétchènes, a été arrêté à la frontière germano-polonaise. Ils voulaient se rendre à Strasbourg pour manifester contre leurs conditions de vie dans les centre de retention pour immigrés. Les forces de police ont mis plusieurs heures à évacuer les familles entières qui refusaient de descendre du train.

Publicité

Avec notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart

Ils étaient près de 200 : hommes, femmes et enfants. Essentiellement des Tchétchènes. Collés aux vitres de leur wagon, ils avaient déplié des banderoles pour appeler à l’aide et dénoncer leurs conditions de vie. Tous ces réfugiés vivaient en Pologne depuis quelques mois.

Partis sans billet de Wroclaw, à 150 kilomètres de l’Allemagne, ils voulaient se rendre à Dresde pour y retrouver d’autres réfugiés. Puis rejoindre Strasbourg. A une centaine de kilomètres de l’Allemagne, ils sont dénoncés par les contrôleurs. Ceux-ci font arrêter une première fois le train avant de le faire immobiliser définitivement à la frontière, dans la localité de Zgorzelec, ce mardi 15 décembre à midi.

Sommés de descendre par les gardes frontières polonais et allemands, les réfugiés refusent et brandissent leurs messages. Parfois en trois lettres : SOS. Le train est alors encerclé par les forces de police et la brigade antiterroriste. Après plusieurs heures de négociations avec les médiateurs, la totalité des réfugiés est évacuée dans le calme vers des bus qui les emmèneront vers les centres d’accueil les plus proches.
Dans les prochains jours, ils devraient chacun regagner leurs foyers sociaux, où vivent déjà près de 6000 de leurs compatriotes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.