Accéder au contenu principal
Russie / Kirghizistan

Moscou refuse d’envoyer une aide militaire au Kirghizistan

Les membres de la communauté ouzbèke du sud Kirghizistan siégeant devant le Kremlin à Moscou pour demander de l'aide au gouvernement russe.
Les membres de la communauté ouzbèke du sud Kirghizistan siégeant devant le Kremlin à Moscou pour demander de l'aide au gouvernement russe. AFP / Andrey Smirnov
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Depuis vendredi 11 juin, le sud du Kirghizistan est en proie à de violents affrontements interethniques. Des affrontements qui opposent des Kirghizes à la minorité ouzbèke ont déjà fait au moins 77 morts et près d'un millier de blessés. C'est dans la ville d'Och qu'ont débuté ces violences, mais à Bichkek le gouvernement intérimaire a étendu l'état d'urgence à la ville de Jalalabad. L'équipe au pouvoir depuis le renversement du président Bakiev, il y a deux mois, craint une contagion. Débordée, elle a fait appel à la Russie et le Kremlin accordera une aide humanitaire mais pas d'assistance militaire.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Alexandre Billette                                                      

Des dizaines de milliers de personnes fuient la violence et marchent vers la frontière avec l'Ouzbékistan.

Anna Nelson, Porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge

Une affaire strictement intérieure : pour Moscou, pas question d'envoyer des troupes au Kirghizstan. « Les conditions ne sont pas réunies pour que Moscou puisse participer à la résolution du conflit », selon la porte-parole du Kremlin.

La présidente kirghize par intérim, Rosa Otounbaïeva, avait demandé au président Dmitri Medvedev d'intervenir militairement dans le sud du pays, mais Moscou se limitera dans un premier temps à de l'aide humanitaire.

D'ailleurs un premier avion russe est en route pour le sud du Kirghizstan avec à bord une dizaine de médecins. L'avion devrait permettre d'évacuer des blessés de la ville d'Och, pour les acheminer vers des hôpitaux en Russie.

Pas d'envoi de troupes russes au Kirghizistan donc, et les soldats russes déjà basés dans le pays vont rester dans leur caserne.

Moscou adopte une attitude d'extrême prudence dans le conflit et n'entend pas devoir gérer seul la situation. Le Kremlin l'a répété : toute intervention de maintien de la paix au Kirghizistan devra être mise en place par le biais des Nations unies.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.