Pologne / Election présidentielle

Bronislaw Komorowski remporte l’élection présidentielle en Pologne

Bronislaw Komorowski, vainqueur de l'élection présidentielle en Pologne salue ses supporters à Varsovie, le 4 juillet 2010.
Bronislaw Komorowski, vainqueur de l'élection présidentielle en Pologne salue ses supporters à Varsovie, le 4 juillet 2010. Photo : Kacper Pempel / Reuters

Bronislaw Komorowski a remporté, dimanche 5 juillet 2010, le second de l’élection présidentielle en Pologne. Le candidat de la Plate-forme civique a battu son adversaire Jaroslaw Kaczynski, le frère de l’ancien président défunt, au terme d’un scrutin serré. Les résultats définitifs devraient être annoncés dans la journée de lundi et après le dépouillement de 95% des bulletins de vote Komorowski recueille 52,6% des suffrages contre 47,4 pour Kaczynski et devient le nouveau président polonais.

Publicité

Avec notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart

C’est l’indécision qui a dominé une partie de la nuit. Cela a été une soirée à l’image de toute cette campagne électorale : très incertaine. Dimanche soir à 20h00, deux sondages à la sortie des bureaux de vote donnaient Bronislaw Komorowski vainqueur du second tour. Le premier le créditait de 53% contre 47% à son rival Jaroslaw Kaczynski, l’autre donnait un score beaucoup plus serré de 51,49%.

Et même si l’ainé des jumeaux Kaczynski a félicité Komorowski en affirmant qu’il était le vainqueur de l’élection. Ce dernier a préféré jouer la prudence et comme il l’a dit lui-même attendre un peu avant de déboucher la grande bouteille de champagne.

Coup de théâtre au milieu de la nuit

Sur France24.com

Et finalement Komorowski a eu raison d’attendre car un peu après minuit changement de tendance. La Commission électorale nationale annonce que c’est Jaroslaw Kaczynski qui est en tête après le dépouillement de la moitié des bulletins de vote.

Malheureusement pour le parti ultraconservateur Droit et Justice, dont Jaroslaw Kaczynski est le président, cet espoir sera de courte durée. Une heure après cette annonce, cette même commission redonne Bronislaw Komorowski en tête avec plus de 51% après dépouillement de plus de ¾ des bulletins.

Ce score va augmenter jusqu’à près de 53% dans le courant de la nuit confirmant de manière définitive l’élection de celui qui était déjà président par intérim.

Portrait de Bronislaw Komorowski

Certains politiques doivent se battre toute une vie avant d’accéder à la présidence de leur pays. Bronislaw Komorowski, lui, est presque arrivé là malgré lui. Cet historien de 58 ans, d’origine aristocratique, a d’abord bénéficié de la non candidature du premier ministre Donald Tusk, début janvier 2010, pour devenir l’un des deux candidats du parti libéral polonais. Vainqueur de l’élection primaire dans son parti, fin mars, il aurait dû affronter Lech Kaczynski lors de la présidentielle prévue à la fin de l’année. Mais en tant que président de la chambre basse du parlement, la tragédie de Smolensk l’a propulsé à ce poste bien plus vite qu’il ne le pensait. Peu charismatique mais de nature conciliante, ce père de cinq enfants est un pro-européen affiché, tout le contraire de son prédécesseur. Son slogan de campagne, l’entente construit, appelle la Pologne à être un état fort dans l’Union européenne. Komorowski pourra mettre cette devise en pratique à la mi 2011, lorsque la Pologne prendra la présidence des 27.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail