Accéder au contenu principal
Union européenne

L’UE peine à faire avancer son projet de politique commune de l’asile

Le ministre français de l'Immigration, Eric Besson (d), avec le secrétaire belge à la Politique d'immigration et d'asile, Melchior Wathelet, à Bruxelles, le 15 juillet 2010.
Le ministre français de l'Immigration, Eric Besson (d), avec le secrétaire belge à la Politique d'immigration et d'asile, Melchior Wathelet, à Bruxelles, le 15 juillet 2010. AFP/Georges Gobet
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les ministres de l'Union européenne en charge de l'Immigration étaient réunis jeudi 15 et vendredi16 juillet à Bruxelles pour discuter de leur ambitieux projet de se doter d'une politique commune d'asile en 2012. Un projet menacé de rester dans les tiroirs, car la plupart des 27 se montrent réticents à partager le fardeau de la prise en charge des centaines de milliers de demandeurs d'asiles qui frappent aux portes de l’Europe. La principale difficulté est la question de la solidarité, a reconnu le ministre belge chargé de l'Immigration qui présidait la rencontre.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles,

La mise en place d’un droit d’asile européen est l’une des priorités de la présidence belge de l’Union européenne.

Réunis lors d’une rencontre informelle, les vingt-sept ministres en charge de ce dossier ont donc partagé leur point de vue. La principale difficulté concerne la question de la solidarité des Européens dans la prise en charge des demandeurs d’asile.

La demande d’un migrant est actuellement traitée dans le pays où il est arrivé, mais certains Etats membres sont débordés par le flux d’immigrants. C’est le cas de l’Espagne, de l’Italie, de la Grèce et de Malte. Leurs situations géographiques en font en effet des portes d’entrée vers l’Union européenne. La Belgique souhaite donc aménager cette disposition. Il s’agit de convaincre les autres pays de prendre en charge une partie des demandeurs.

Pour la France, il faut surtout mettre en œuvre les normes européennes déjà adoptées en matière d’asile. Le ministre français de l’Immigration, Eric Besson, réfute d’ailleurs les accusations de manque de solidarité de la part des autorités françaises dans ce domaine, des remarques qui annoncent un débat houleux entre Etats membres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.