Turquie / Politique

En Turquie, Erdogan est prêt à changer la loi pour limiter le pouvoir de l'armée

Le Premier ministre turc, R. Tayyip Erdogan
Le Premier ministre turc, R. Tayyip Erdogan Reuters / Umit Bektas

La campagne pour le référendum constitutionnel qui se tiendra le 12 septembre débute ce week-end avec des meetings des responsables du parti au pouvoir et de l’opposition. Ainsi, pour sa première réunion de défense du « oui », le Premier ministre Tayyip Erdogan s’exprimait dans l’est du pays où il a proposé de réviser un règlement donnant aux militaires un droit de regard sur la politique du pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

L’armée turque est décidément plus dans ses petits souliers plutôt qu’en brodequins ou en pataugas, ces derniers temps.

D’abord une pluie de procès et de poursuites où de très hauts gradés devront répondre de l’accusation de tentative de coup d’Etat. Ensuite la prochaine abrogation de l’article 15 de la Constitution qui promet l’impunité aux généraux putschistes justement, mais qui ne devrait pas mener cette fois à des poursuites contre les auteurs du coup d’Etat de 1980.

Et voilà, aujourd’hui, que la campagne référendaire pour une nouvelle Constitution, qui devrait être approuvée sans difficulté le 12 septembre, date anniversaire de ce coup d’Etat, se concentre sur l’article 35 de la loi du service interne de l’armée.

Cette disposition, qui définit la mission de l’institution militaire chargée de protéger «la patrie et la République turques», permet de justifier bien des interventions de l’état-major dans la vie politique locale, jusqu’au coup d’Etat, comme ceux justement qui auraient été en préparation ces dernières années pour renverser le parti au pouvoir. 

Le Premier ministre a pris au mot le chef de l’opposition qui mentionnait ce texte et propose maintenant la mise sur pied d’une commission ad hoc, afin d’amender au plus vite l’article 35, quitte pour cela à convoquer le Parlement, actuellement en vacances. Avec ce référendum, le trentième anniversaire de la prise de pouvoir par les militaires a décidément un goût bien amer.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail