Russie

Le maire de Moscou sous le feu des critiques

Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine (g) s'entretenant avec le maire de Moscou, Iouri Loujkov (d), à Moscou, le 10 août 2010.
Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine (g) s'entretenant avec le maire de Moscou, Iouri Loujkov (d), à Moscou, le 10 août 2010. REUTERS/Ria Novosti

L’épaisse fumée qui enveloppe Moscou a commencé à se dissiper. Mais le feu couvre toujours plus de 160 000 hectares dans le centre et l’ouest du pays. Le maire de Moscou est sur la sellette. Le gouvernement russe lui reproche sa mauvaise gestion de la crise.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Alexandre Billette

Photo satellite du nuage de fumée en Russie, le 10 août 2010.
Photo satellite du nuage de fumée en Russie, le 10 août 2010. ESA

Mardi 10 août 2010, le Premier ministre Vladimir Poutine, s’est entretenu avec le puissant maire de Moscou, Youri Loujkov, à la tête de la capitale depuis 1992. Il était au cœur de la polémique, la semaine dernière. En vacances, M. Loujkov n’avait pas jugé bon de rentrer avant dimanche dernier, malgré la catastrophe. Cette rencontre entre M. Poutine et Youri Loujkov a d’ailleurs été glaciale. Les deux hommes se détestent cordialement depuis longtemps. Poutine a évoqué les problèmes et plus subtilement, les vacances du maire.

La catastrophe de cet été est en train de raviver les tensions qui existent déjà entre le pouvoir fédéral et la capitale. Depuis de nombreuses années, des rumeurs circulent sur le licenciement, en quelque sorte, du maire de Moscou par le Kremlin. Youri Loujkov a défendu son bilan en disant que la situation était exceptionnelle et unique.

Le maire de Moscou a soutenu que les autorités municipales avaient su faire face à la catastrophe. Il est apparu devant les caméras, hier, dans un avion bombardier d’eau. C’était le copilote d’un jour. Il aurait reçu une rapide formation. Vladimir Poutine n’était pas apparu devant les caméras depuis plusieurs jours. Un sondage publié hier montrait d’ailleurs qu’il avait perdu environ 10% de soutien depuis le début de la crise.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail