Russie/Incendies

En Russie, des prisons ont échappé de peu aux incendies

L’administration pénitentiaire russe affirme que les flammes ne se sont pas approchées à plus de deux kilomètres des colonies pénitentiaires de Mordovie.
L’administration pénitentiaire russe affirme que les flammes ne se sont pas approchées à plus de deux kilomètres des colonies pénitentiaires de Mordovie. Reuters / A. Natruskin

En Russie, les autorités ont éprouvé des difficultés à protéger des sites sensibles des incendies, notamment les bases militaires et les centrales nucléaires. Des prisons ont également été menacées par les flammes. Ainsi en Mordovie, une région à 450 km au sud-est de Moscou, et plus précisément dans le district de Zoubovo Polinia où sont concentrées, en lisière de forêt, 18 colonies pénitentiaires.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Potma en Mordovie, Madeleine Leroyer

A travers la fumée des feux de forêts, les colonies pénitentiaires défilent : dix-huit le long d’un tronçon de route de soixante kilomètres, vingt mille détenus. Entre villages et forêts, ce sont des baraquements délabrés entourés de trois ou quatre murs d’enceinte, coiffés de barbelés.

Et devant chaque entrée, des femmes, mères ou épouses, débarquées au petit matin du train de Moscou pour le parloir : « On se fait beaucoup de souci, et là on sent vraiment la fumée, mais ils ont dit à la télé qu’ils pourraient les évacuer en cinq heures », s’inquiète Zinaïda.

Autour d’elle, ces femmes tentent de se rassurer car ce pompier le confirme bien, sous couvert d’anonymat, au moins mille détenus étaient directement menacés : « A Sasnokva, les flammes étaient à moins de cent cinquante mètres de la prison ! Ils ont fait venir des fourgons pour évacuer les détenus au cas où, mais si le feu avait vraiment atteint l’enceinte, je ne pense pas qu’ils auraient réussi à temps ».

L’administration pénitentiaire est accusée de s’être enfermée seule dans ce piège en démantelant il y a quatre ans la voie ferrée qui reliait entre elles toutes ces colonies. Elle refuse tout contact avec les médias étrangers et maintient que les flammes ne se sont pas approchées à plus de deux kilomètres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail