Russie

A Moscou, la municipalité interdit le concert anti-Poutine

Des militants écologistes protestant contre le projet d'autoroute visant à déboiser la forêt de Khimki, à Moscou, le 3 août 2010.
Des militants écologistes protestant contre le projet d'autoroute visant à déboiser la forêt de Khimki, à Moscou, le 3 août 2010. AFP / Natalia Kolesnikova

Le concert organisé à Moscou, dimanche 22 août, pour défendre une forêt menacée par le béton et rassembler les opposants au système Poutine, a finalement été interdit par la mairie. La muncipalité avait dit « oui » au rassemblement mais « non » au concert, qualifié d'illégal et d'immoral. Le public était pourtant là. Deux mille personnes sont venues assister au concert interdit.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Alexandre Billette

Pari gagné pour l'opposition russe. Certains médias avancent le nombre de 5 000 manifestants sur la place Pouchkine, au centre de Moscou, pour une manifestation de l'opposition d'une ampleur inédite depuis plusieurs années, dans la capitale russe. A l'origine, il s'agissait de défendre une forêt menacée par la construction d'une autoroute, avec au programme de la journée, un rassemblement et un concert, que finalement les autorités ont interdit.

L'opposition a gagné son pari

Iouri Chevtchouk, une icône vivante du rock russe, a quand même chanté quelques textes à la guitare, sans micro, devant une foule qui reprenait les paroles en choeur. L'opposition a également gagné son pari, puisqu'elle est parvenue à mobiliser un grand nombre de manifestants, avec un problème aux implications très locales. 

Mais les manifestants sont allés bien au-delà de cette problématique, en demandant notamment la démission du Premier ministre Vladimir Poutine. Ils ont proféré des slogans qui, habituellement, entraînent  une réaction immédiate et violente des policiers. Mais les forces de l'ordre sont restées impassibles face aux opposants.

Il y a un embryon de conscience politique qui peut naître à partir de la défense de l’environnement, ce qui ne serait pas étonnant puisque cela s’est passé dans d’autres pays.

Pierre Lorrain, journaliste et écrivain, spécialiste de la Russie

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail