Accéder au contenu principal
espagne / justice

Le gigantesque scandale immobilier de Marbella devant la justice espagnole

L'ex-maire de Marbella, Julian Munoz, arrivant au palais de justice de Malaga, en Espagne du sud, le 27 septembre 2010.
L'ex-maire de Marbella, Julian Munoz, arrivant au palais de justice de Malaga, en Espagne du sud, le 27 septembre 2010. Reuters/Jon Nazca
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Prévu pour durer près d’un an, le plus gros procès pour corruption immobilière en Espagne vient de s’ouvrir à Malaga. Sur le banc des accusés, 95 personnes, dont trois anciens maires. Au cours de l'enquête un millier de comptes bancaires ont été bloqués et des biens saisis pour un montant de 2,4 milliards d'euros.

Publicité

Les accusés encourent des peines pouvant aller jusqu’à trente ans de prison pour corruption, blanchiment d’argent et malversations. Dans la période de la bulle spéculative sur l’immobilier sur la Costa del Sol, les équipes municipales de la région – principalement de Marbella – n’ont pas hésité à profiter d’une énorme demande dans le secteur du logement.

Le mécanisme était simple : pots-de vin contre autorisations de requalification de terrains protégés en terrains constructibles. Les sommes ainsi obtenues étaient colossales. Le parquet estime à six cent dix millions d’euros le montant passé par un système de blanchiment d’argent, notamment à travers des immeubles ou des œuvres d’art.

Les enquêteurs ont bloqué un millier de comptes bancaires et saisi des biens d’une valeur de près de deux milliards et demi d’euros. Face à l’ampleur du scandale, le gouvernement avait pris, en avril 2006, une décision inédite sous la démocratie espagnole de dissoudre le conseil municipal de Marbella. Les autorités s’apprêtent également à revoir les compétences des mairies en matière d’urbanisme, jugées trop importantes.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.