Bibliothèques/Livre/Numérique

A la recherche d’un nouveau modèle de bibliothèque publique

La petite bibliothèqe ronde

La Petite bibliothèque ronde, bibliothèque associative de Clamart, vient d’organiser un colloque consacré aux pratiques culturelles des enfants face au numérique. A l’occasion de ce colloque, des bibliothécaires ont raconté les transformations en cours." > A l’ère du tout numérique, Les «digital natives» demandent plus aux bibliothèques publiques que d’emprunter un livre, ils sont en demande de médias numériques, et les adultes aussi. La Petite bibliothèque ronde, bibliothèque associative de Clamart, vient d’organiser un colloque consacré aux pratiques culturelles des enfants face au numérique. A l’occasion de ce colloque, des bibliothécaires ont raconté les transformations en cours.

Publicité

Le colloque organisé par la Petite bibliothèque de Clamart était essentiellement destiné aux bibliothécaires. Les interventions, que ce soit à la tribune ou dans la salle, ont montré un certain désarroi face à la révolution en cours : l’arrivée, plus ou moins bien vécue, dans les bibliothèques publiques, des nouveaux outils numériques : l’ordinateur et le flux de sites internet véhiculé par la Toile, le livre numérique proposé sur l’iPad ou sur d’autres tablettes numériques, généralement moins séduisantes, la musique ou la vidéo à télécharger ou encore la réalité augmentée qui rend l’Histoire plus attrayante.  

Si cette évolution vers le numérique est relativement lente dans le public adulte, il en est tout autrement pour les enfants, touche-à-tout dès l’enfance des nouvelles technologies. Alors dans les  bibliothèques où on a les moyens humains et matériels pour chercher une réponse aux nouvelles demandes des enfants, le chemin aboutit, en quelques années, à une propagation du numérique dans tous les départements de la bibliothèque. Aujourd’hui, « le département multimédia doit disparaître, explique Franck Queyraud, l’un des responsables de la médiathèque de Saint-Raphaël (sud de la France). Nous avons commencé avec une vidéothèque, et puis ça n’a plus marché du tout, l’offre multimédia était figée…Le numérique doit contaminer tous les autres départements ». La bibliothèque n’achète plus de CD-Roms et propose ses offres en ligne par le biais du site internet de la bibliothèque. Dans cette bibliothèque, ouverte il y a dix ans, la médiathèque a pris le dessus. De plus, dès l’ouverture, des salles de musique ont été prévues pour que le lieu soit ouvert à d’autres activités, à d’autres visiteurs.

Le site internet de la bibliothèque de Saint-Raphaël propose un blog que les jeunes actualisent jour après jour. Sur ce site, on voit également sur quel thème de littérature interactive travaillent en ce moment les habitués de la bibliothèque. Quand il y a des projets vidéo ou photo, les enfants ont également la possibilité de participer au travail sur l’image ou le son. Et avec son jeu, Dauphus, la bibliothèque a réussi son opération séduction : le jeu a attiré une centaine d’enfants qui n’étaient jamais entrés à la bibliothèque.
 

La petite bilbliotèque ronde

A travers ce genre de propositions à l’intention des jeunes, les bibliothécaires, à Saint-Raphaël et ailleurs, ont toujours à l’esprit leur première mission : le droit à l’information pour tous ; la bibliothèque étant la boite à livres et la médiathèque, la boite à médias, sur tous les supports ; et un accès gratuit. Le but est toujours de privilégier la lecture mais il faut trouver la méthode pour « faire le passage vers le livre, la musique, la vidéo…Comment, finalement, leur parler de Molière, de Tartuffe ? », s’interroge Franck Queyraud.
 

La petite bibliothèque ronde

« Les enfants viennent à la bibliothèque chercher quelqu’un », explique Violaine Kanmacher, l’une des responsable de la bibliothèque municipale de Lyon. Même si « la médiathèque est balbutiante »,  le club de lecture est désormais accompagné d’une animation multimédia, réalisée par les jeunes. La dernière a mis en images et en sons un polar qu’ils avaient choisi.
 

« Culture de service ou culture de proposition » : les bibliothèques se cherchent tout en se transformant en médiathèques, selon leurs moyens : le nombre d’ordinateurs est souvent trop faible pour attirer le public et la fréquentation stagne. Si la culture du service s’amplifie, les médiathèques fonctionneront de plus en plus à distance et les bibliothécaires devront probablement changer de métier. Pour le moment, la bibliothèque reste très ancrée dans le concret. Les élus qui la financent l’associent au territoire. Pourtant, si les bibliothèques municipales veulent s’organiser en réseau sur internet, aussi bien pour travailler entre elles que pour répondre aux demandes du public à distance, cette évolution conduira au contraire à un réseau dématérialisé d’établissements.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail