Accéder au contenu principal
Norvège / Israël

La Norvège interdit des exercices de sous-marins israéliens

Jonas Gahr Stoere, le ministre des Affaires étrangères norvégien, a déclaré que la Norvège n'exportait pas de «matériel ou de services dans le domaine de la défense vers des pays où la guerre menace».
Jonas Gahr Stoere, le ministre des Affaires étrangères norvégien, a déclaré que la Norvège n'exportait pas de «matériel ou de services dans le domaine de la défense vers des pays où la guerre menace». AFP/MOHAMMED ABED
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En réaction à la reprise des constructions dans les colonies la Norvège a décidé de se montrer plus ferme vis-à-vis d'Israël. Les deux sous-marins israéliens qui devaient démarrer une série d'exercices au sud de la Norvège ne pourront pas stationner à la base navale de Markiva comme c'était prévu initialement. Ce refus norvégien intervient après une décision des autorités de suspendre les exportations de matériel militaire vers l'Etat hébreu. 40% des Norvégiens se disent favorables à un boycott des produits israéliens.

Publicité

Avec notre correspondant à Oslo, Grégory Tervel

Les deux sous-mains de type Dauphin viennent d’être construits en Allemagne par le groupe ThyssenKrupp qui loue, depuis plus de dix ans, une base navale dans le sud de la Norvège pour des exercices.

Mais alors que le pays scandinave a déjà accueilli des tests de sous-marins israéliens par le passé, il a cette fois refusé que ses eaux puissent servir à tester ces deux sous-marins fabriqués pour Israël.

Le ministre des Affaires étrangères, Jonas Gahr Stoere, n’a pas souhaité s’exprimer directement sur cette affaire mais il a rappelé que la Norvège a la règlementation la plus stricte possible en matière d’exportation de services dans le domaine de la défense : « Cela signifie que nous n’exportons pas de matériel ou de services vers des pays où la guerre menace ». Une déclaration qui sous-entend clairement que c’est bien la destination israélienne des deux sous-marins qui est à l’origine de ce refus.

De nombreuses voix se sont élevées ces derniers mois dans la société norvégienne pour défendre la cause palestinienne ou appeler à un boycott des produits israéliens. Il y a un mois le fonds pétrolier norvégien avait retiré de son portefeuille d’investissements deux compagnies israéliennes qui participaient à la construction de bâtiments dans les colonies. Une décision motivée par les règles de gestion éthique du fonds de pension.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.