Accéder au contenu principal
Autriche

Autriche : percée de l’extrême droite aux élections locales de Vienne

Le leader du parti d'extrême droite Heinz-Christian Strache célèbre avec ses partisans la victoire aux élections locales, le 10 octobre 2010
Le leader du parti d'extrême droite Heinz-Christian Strache célèbre avec ses partisans la victoire aux élections locales, le 10 octobre 2010 Reuters/Herwig Prammer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Autriche, le parti d'extrême-droite a fait une franche percée lors des élections locales du 10 octobre à Vienne, la capitale autrichienne. Le FPÖ créé par Jörg Haider, et aujourd’hui dirigé par Heinz-Christian Strache est crédité d'un peu plus de 27% des suffrages à l'issue d'une campagne teintée par une rhétorique anti-islamique. Soit 12 points de plus que lors des précédentes élections en 2005. Les sociaux-démocrates restent toutefois en tête avec un peu plus de 44% des suffrages, mais ils perdent leur majorité absolue.

Publicité

Avec notre correspondant à Vienne, Christian Filitz

Avec un peu plus de 27% des suffrages, Heinz-Christian Strache fait presqu’aussi bien que son ancienne idole Jörg Haider il y a quatorze ans, Haider avec qui il s’était brouillé par la suite, et qui s’est tué en voiture en 2008. Son parti le FPÖ, Parti de la liberté, devient la deuxième force politique à Vienne, un bastion socialiste depuis 1919. Strache a surtout gagné dans les quartiers populaires avec une campagne vivement xénophobe et anti-islamique.

Dans une BD envoyée aux électeurs, il se présentait comme défenseur de l’Occident contre les Turcs. Ce qui lui a valu des plaintes pour incitation à la haine raciale. Et sur une affiche, il n’hésitait pas à avoir recours à une rhétorique nazie en appelant au courage pour défendre le sang viennois.

Heinz-Christian Strache, 41 ans qui se présente toujours bronzé et décontracté, a toutefois dû céder la majorité de l’électorat des jeunes à son rival social-démocrate. Michael Häupl, maire depuis 16 ans, semble avoir fait mouche en annonçant en fin de campagne vouloir se battre pour l’abolition du service militaire obligatoire.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.