Royaume-Uni / France

Londres et Paris inaugurent un nouveau partenariat de défense

Le Premier ministre britannique David Cameron accueille le président français Nicolas Sarkozy à Lancaster House, à Londres, le 2 novembre 2010.
Le Premier ministre britannique David Cameron accueille le président français Nicolas Sarkozy à Lancaster House, à Londres, le 2 novembre 2010. REUTERS/Suzanne Plunkett

Le président français Nicolas Sarkozy et David Cameron, le Premier ministre britannique, ont signé deux traités de défense à Londres, lors d'un sommet bilatéral, ce mardi 2 novembre 2010. L'un de ces traités prévoit la création d'une force militaire conjointe de plusieurs milliers d'hommes qui sera mobilisable pour des opérations extérieures bilatérales ou sous la bannière de l'Otan, de l'ONU et de l'UE.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Londres, Véronique Rigolet

Nous avons décidé de lancer une coopération nucléaire militaire (...) C'est un niveau de confiance entre nos deux nations jamais égalé dans l'Histoire.

Le président Nicolas Sarkozy

A Lancaster House à Londres, Nicolas Sarkozy et le Premier ministre David Cameron ont signé un premier traité cadre qui prévoit notamment la création d’une force militaire conjointe franco-britannique composée de plusieurs milliers d’hommes, qui seraient mobilisables pour des opérations extérieures bilatérales.

Il faut rappeler ici que les soldats britanniques et français n’ont plus travaillé ensemble depuis les années 1990 et l’intervention en Bosnie.

Plus spectaculaire sans doute encore, le second traité signé concerne le domaine, cette fois très sensible, du nucléaire militaire. Un traité qui permettra aux deux pays de simuler dès 2014, le fonctionnement de leur arsenal nucléaire. Cela se passera en France, en Bourgogne plus précisément. Il n'est pas question, bien sûr, de partager nos secrets militaires, mais cela permettra d’économiser des sommes considérables, et c’est bien là le but de cet ambitieux partenariat.

Français et Britanniques se rapprochent donc faute d’argent.  L’austérité budgétaire est passée par là, en France comme en Grande-Bretagne. Cela explique pourquoi Paris et Londres souhaitent désormais mutualiser leurs moyens et intensifier leur coopération pour rester avant tout opérationnels. A défaut de ce partenariat, les deux grandes nations nucléaires de l’Europe pourraient tout simplement perdre leur statut de puissance militaire mondiale.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail