Union européenne

Union européenne : le budget 2011 menacé de blocage

Jerzy Buzek, le président du Parlement européen, met en garde contre les conséquences d'un blocage du prochain budget européen.
Jerzy Buzek, le président du Parlement européen, met en garde contre les conséquences d'un blocage du prochain budget européen. Reuters/Eric Vidal

L'Europe pourrait se retrouver au régime sec l'an prochain si les gouvernements et le Parlement européen ne parviennent pas à s'entendre sur le budget 2011. Or, le budget 2011, le premier négocié dans le cadre du traité de Lisbonne, donne aux députés les mêmes pouvoirs de décision que les Etats pour les dépenses de l'UE. Dans un entretien accordé ce 15 novembre 2010 au quotidien français, La Tribune, le président du Parlement européen, Jerzy Buzek, met en garde contre les conséquences d'un blocage du prochain budget.

Publicité

C'est un véritable bras de fer qui se joue actuellement entre le Parlement européen et les Etats. Les députés estiment qu'ils ont fait une avancée, en renonçant à leur exigence de départ, à savoir une hausse de 6,19% du budget. Ils ont accepté de se limiter à une hausse de 2,9%.

Mais maintenant, le Parlement veut s'assurer une influence sur les futures recettes. Il souhaite mettre en place un régime de ressources propres. Or la plupart des Etats, avec à leur tête la Grande-Bretagne, y sont résolument opposés.

Faute d'accord, le budget sera le même qu'en 2010, reconduit mois par mois. Et faute de financement, un certains nombre de chantiers seront menacés : c'est le cas du nouveau service diplomatique européen ou de l'autorité européenne des marchés financiers.

Un échec serait une mauvaise entrée en matière pour le traité de Lisbonne, et un mauvais signal pour l'avenir. Un compromis permettrait au contraire de définir un modèle de coopération entre le gouvernement et les eurodéputés dans les futures procédures de décision.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail