Accéder au contenu principal
Guantanamo / Royaume-Uni

Londres va dédommager d’anciens détenus de Guantanamo

La prison de Guantanamo.
La prison de Guantanamo. AFP/Shane T. McCoy
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Eviter un procès et de longues procédures judiciaires. C'est l'objectif du gouvernement britannique qui a annoncé mardi 16 novembre qu’il allait verser d'importants dommages et intérêts à d'anciens détenus de la prison américaine de Guantanamo. Ces derniers affirment, en effet, avoir été torturés avec la complicité des services de renseignement britanniques.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres,Murielle Delcroix

Six des anciens détenus de Guantanamo accusent des responsables du MI5, les services secrets britanniques, d’avoir participé à leur torture alors qu'ils étaient prisonniers sur la base américaine. Ils accusent par ailleurs le gouvernement britannique d'avoir été informé de leur transfert illégal à Guantanamo et de n'avoir rien fait pour l'empêcher.

La décision du nouveau gouvernement de David Cameron de leur verser des millions de livres de dommages et intérêts a finalement été prise pour éviter de coûteuses procédures en justice mais aussi pour empêcher la publication de centaines de milliers de documents échangés entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis et qui détaillaient le traitement infligés aux prisonniers.

Des négociations ont été arbitrées par deux médiateurs indépendants pendant plusieurs semaines mais les modalités de cet arbitrage resteront confidentielles, à la demande des deux parties, bien que les médias affirment déjà qu'un des ex-détenus pourrait obtenir plus d'un million de livres.

L’annonce de ces dédommagements ouvre désormais la voie à une enquête indépendante voulue par le Premier ministre sur la complicité présumée de Londres face aux actes de torture perpétrés à Guantanamo, enquête qui pourrait rendre ses conclusions à la fin de l’année prochaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.