Otan / Sommet de Lisbonne

A Lisbonne, l'Otan redéfinit sa feuille de route pour les dix prochaines années

(G à D) Le pdt de la Commission européenne Jose Manuel Barroso, le pdt du Conseil européen Herman Von Rompuy, le député secrétaire gl de l'Otan Claudio Bisogniero et le secrétaire gl de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen à Lisbonne, le 19 nov 2010.
(G à D) Le pdt de la Commission européenne Jose Manuel Barroso, le pdt du Conseil européen Herman Von Rompuy, le député secrétaire gl de l'Otan Claudio Bisogniero et le secrétaire gl de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen à Lisbonne, le 19 nov 2010. Lionel Bonaventure / AFP

Pour le secrétaire général de l'Organisation atlantique, ce sommet de l'Otan qui s'est achevé dans la capitale portugaise samedi 20 novembre a été un «grand succès». Il a notamment permis à l'Otan de préciser le calendrier de son désengagement d'Afghanistan,  d'apaiser les tensions avec la Russie, d'élaborer une nouvelle orientation stratégique et de lancer une réforme de l'Alliance. Bilan avec nos envoyés spéciaux.

Publicité

Avec nos envoyés spéciaux à Lisbonne,

Ce XXIVème sommet de l‘Otan aura été celui de la définition des orientations stratégiques pour les dix prochaines années, orientations qui tiennent compte à la fois des nouvelles menaces et de l’obligation de maintenir un dispositif militaire classique même si ce dernier se trouve fortement élagué par rapport aux gros bataillons de la Guerre froide. Ainsi le principe de la dissuasion nucléaire sera-t-il complété par la mise en place d’un bouclier antimissile qui protégera les populations en Europe et en Amérique du Nord.

Ce sommet à Lisbonne a été un grand, grand succès … je crois que c’est l’un des sommets de l’Otan les plus substantiels que l’on n’ait jamais connu et nous avons décidé aujourd’hui de nous revoir… en 2012 aux Etats-Unis.

Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'Otan, dresse un bilan très positif du sommet de Lisbonne

Désengagement en Afghanistan et apaisement sur le front russe

Les vingt-huit chefs d’Etat et de gouvernement ont également arrêté les grandes lignes du désengagement militaire de l’Afghanistan. Cela se fera par phases successives entre 2011 et 2014, les forces afghanes prenant au fur et à mesure le relais. Par ailleurs, la fâcherie entre l’Otan et la Russie, qui avait pour origine l’intervention russe en Géorgie, a pu être close. Le climat semble même revenu à une sérénité en fait sans précédent. Un responsable de la Maison blanche a d'ailleurs annoncé que les deux présidents, Obama et Medvedev, avaient eu un entretien en tête à tête, en marge du sommet.

Un rapide tour d'horizon entre Européens et Nord-Américains

Après le report, il y a six mois, du sommet annuel entre les Etats-Unis et l’Union européenne, une réunion a finalement été programmée -telle un appendice de moins deux heures- à l’issue du sommet de l‘Otan, mettant à profit la présence de Barack Obama. Ces sommets UE - Etats-Unis n’apportent pas une grande valeur ajoutée compte tenu des relations transatlantiques très suivies, dans tous les domaines. On a rapidement évoqué la lutte contre le changement climatique, le partenariat entre les Etats-Unis première puissance industrielle du monde et l’Union européenne, première puissance commerciale, depuis la refonte institutionnelle du Traité de Lisbonne et l’on s’est entendu pour repousser les tendances au protectionnisme et à la guerre monétaire. La crise financière irlandaise a aussi fait l’objet d’un bref échange. De la routine en somme, qui n’aurait en rien justifié la tenue d’un sommet à part.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail