Accéder au contenu principal
Russie

Vladimir Poutine fait son show annuel à la télévision

Retransmission dans un café du show télévisé de Vladimir Poutine, le 16 décembre 2010.
Retransmission dans un café du show télévisé de Vladimir Poutine, le 16 décembre 2010. REUTERS/Vladimir Konstantinov
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a tenu sa désormais traditionnelle séance annuelle de questions-réponses, retransmise jeudi 16 décembre en direct à la télévision et à la radio. C'est un exercice auquel il n'a pas dérogé depuis 2001. L'année dernière, son marathon télévisuel avait duré quatre heures et cette année, il a fait encore plus fort.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

Quatre heures vingt de show télévisé. Le Premier ministre russe a battu son record de durée. Insécurité, corruption, retraites, salaires, problèmes de logement, sécurité dans les mines… Vladimir Poutine est sur tous les fronts.

« Tous est sous contrôle, dit-il, soyez-en sûrs ». Vladimir Poutine s’affiche en homme fort. Il est le père, le bon tsar, attentif aux questions du peuple. Rassurant sur le contexte économique : la reprise est patente, dit-il. Ferme face aux violences xénophobes qui secouent Moscou. Toute manifestation d'extrémisme sera réprimée, promet-il.

Lorsqu’il évoque les traîtres au sein des services secrets, comme celui qui a livré dix agents russes aux Etats-Unis, l’été dernier, Vladimir Poutine retrouve son franc-parler. « Comment va-t-il vivre le reste de sa vie, comment va-t-il regarder ses enfants dans les yeux, ce porc ? »

Au bout de la première heure de questions-réponses, une téléspectatrice l’interroge sur le sort de l’ancien patron de Ioukos, qui attend l’énoncé du verdict dans son deuxième procès. « Trouvez vous juste que Mikhaïl Khodorkovski reste en prison ? », interroge la voix au téléphone. Réponse sans détour du Premier Ministre : « Tout voleur doit aller en prison. L'acte d'accusation parle de détournement de centaines de milliards de roubles ».

Une déclaration qui provoque la colère des avocats de Mikhaïl Khodorkovski qui dénoncent une ingérence directe de Vladimir Poutine dans ce procès. L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) estime, pour sa part, que ce commentaire compliquera la rédaction d’un jugement équitable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.