Accéder au contenu principal
Hongrie/Reportage

Hongrie : manifestation à Budapest contre la loi controversée sur les médias

En guise de protestation, un manifestant porte un scotch sur la bouche, le 20 décembre 2010 à Budapest.
En guise de protestation, un manifestant porte un scotch sur la bouche, le 20 décembre 2010 à Budapest. REUTERS/Bernadett Szabo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Budapest, plus de mille manifestants ont bravé lundi 20 décembre 2010 un froid polaire pour protester contre le dernier chapitre d’une loi sur les médias, voté lundi soir par le Parlement. Une législation critiquée par de nombreuses organisations internationales : l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, l’Institut international pour la presse, Freedom House – ont dénoncé une attaque sur la liberté de la presse. Aucun pays membre de l’Union européenne n’a mis en place un tel contrôle des médias par le pouvoir. La loi entrera en vigueur le 1er janvier 2011, date à laquelle la Hongrie prend la présidence de l’Union européenne.

Publicité

Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

Ils n’étaient pas nombreux mais ils ont fait du bruit. Les manifestants ont sifflé les députés qui, au même moment, à quelques centaines de mètres de là, votaient le dernier chapitre d’une loi sur les médias.

Une loi très controversée, car elle place les médias publics et privés sous le contrôle du parti au pouvoir. Télévisions, journaux et sites internet seront obligés de fournir des informations équilibrées et qui n’offensent personne.

Un petit air de déjà vu

En Hongrie, on peut déjà porter plainte pour diffamation devant un tribunal. Mais la loi va permettre à un Conseil des médias, composés de représentants du parti au pouvoir, de sanctionner les organes de presse comme il veut, quand il veut, et pour des motifs qu’il définira lui-même.

Pour Judit, une budapestoise de 36 ans, cette loi a un petit air de déjà vu : « Je vois qu’on va retourner aux années soixante…..On ne pourra plus dire ce qu’on pense ».

Profitant de sa majorité des 2/3 au Parlement, la droite au pouvoir a aussi modifié la constitution, de manière à rendre plus difficile une annulation de la loi par la Cour constitutionnelle. Une cour qui de toute façon, est dominée par la droite.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.