Accéder au contenu principal
Hongrie / Medias

Réforme des médias en Hongrie : Budapest reste ferme malgré les critiques internationales

Viktor Orban, le Premier ministre hongrois.
Viktor Orban, le Premier ministre hongrois. REUTERS/Laszlo Balogh
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et le Luxembourg, l'Allemagne, elle aussi, s'élève contre la réforme des médias votée le 21 décembre 2010 en Hongrie par le gouvernement conservateur de Viktor Orban. Ce texte va permettre aux autorités de contrôler le contenu des organes de presse et de leur infliger des amendes s'ils ne respectent pas le cahier des charges. Malgré les protestations de l'étranger, le gouvernement hongrois affirme qu’il n’a nullement l’intention de modifier sa loi.

Publicité

« Il est hors de question de changer cette loi ! ». C'est sur un ton sec et ferme que le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a répondu à ses détracteurs. « Je n’ai pas peur des critiques », a-t-il ajouté, avant de défendre, encore une fois, sa réforme. Aucun paragraphe dans cette loi n’est contraire à la législation européenne, a souligné le Premier ministre dans une interview à la télévision hongroise.

Cette mise au point s'adressait d'abord au ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle. Ce dernier, après un entretien avec son homologue hongrois, avait laissé entendre que la loi pourrait être révisée.

L'Allemagne n'est pas le seul pays européen à avoir critiqué l'initiative de Budapest. Le Luxembourg, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, s’est demandé si la Hongrie est encore digne de présider l'Union européenne à partir du 1er janvier 2011.

Selon Amnesty International, la nouvelle loi sur les médias est une menace pour la liberté d'expression. L'écrivain hongrois György Konrad, ancien dissident sous le régime communiste va encore plus loin. Si cette réforme des médias entre en vigueur en janvier prochain, c’est tout simplement la démocratie qui disparaîtrait.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.