Accéder au contenu principal
Russie

Deux nationalistes reconnus coupables d'un double meurtre à Moscou

Les portraits de l'avocat Stanislav Markelov et de la journaliste Anastassia Babourova, assassinés le 19 janvier à Moscou, portés par des partisans de l'opposition lors d'un rassemblement dans la capitale russe, le 15 février 2009.
Les portraits de l'avocat Stanislav Markelov et de la journaliste Anastassia Babourova, assassinés le 19 janvier à Moscou, portés par des partisans de l'opposition lors d'un rassemblement dans la capitale russe, le 15 février 2009. (Photo : Reuters)
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'assassinat, il y a deux ans à Moscou, en pleine rue, d'un avocat réputé et d'une journaliste du journal de l'opposition Novaya Gazeta, avait provoqué une vive émotion en Russie. Deux membres d'un groupuscule nationaliste étaient jugés pour ce double meurtre devant une cour d'assises. Le principal accusé a été reconnu coupable du double meurtre. Sa compagne a été reconnue coupable de complicité.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio.

Le verdict de la cour d’assises est tombé tard dans la nuit du 28 au 29 avril, à l’issue d’un procès qui aura duré près de quatre mois. Les jurés étaient partagés sur la culpabilité du principal accusé. Finalement, huit ont voté pour et quatre contre. Sa compagne a, elle, été jugée coupable de complicité.

Les deux jeunes gens, membres d’un groupuscule nationaliste radical, avaient été arrêtés en novembre 2009, dix mois après l’assassinat de l’avocat Stanislav Markelov et de la journaliste de Novaya Gazeta, Anastassia Babourova, en pleine journée, dans le centre de Moscou. L'objet du crime, un pistolet Browning, avait été retrouvé dans leur appartement.

Nikita Tikhonov avait d’abord avoué le meurtre, avant de se rétracter. Dans un premier temps, il avait expliqué qu’il éprouvait une profonde aversion pour l’avocat parce qu’il défendait des jeunes tchétchènes. C’est d’ailleurs juste après avoir donné une conférence de presse où il avait dénoncé la libération anticipée d’un ancien colonel russe condamné pour avoir étranglé une jeune Tchétchène, que Stanislav Markelov avait été abattu.

Tikhonov avait aussi expliqué qu’il avait été obligé de tirer sur la journaliste qui marchait aux côtés de l’avocat, parce qu’elle aurait été susceptible de l’identifier. La peine doit être prononcée la semaine prochaine. Nikita Tikhonov est passible de la prison à vie. Sa compagne risque jusqu’à quinze ans de réclusion.

A lire aussi sur rfi.fr :

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.