Union européenne

L’Union européenne propose des pistes de réformes pour l’espace Schengen

Commision européenne à Bruxelles
Commision européenne à Bruxelles Getty Images

Après s’être empoignés à propos des Tunisiens, à qui l’Italie avait donné les visas pour six mois et que la France avait bloqués à la frontière entre Vintimille et Menton, les deux pays avaient demandé à la Commission européenne de réformer en partie les règles de l’espace Schengen, l’espace européen de libre-circulation. La Commission propose, ce mercredi 4 mai 2011, des pistes de réformes qui devront encore être adoptées par les 27 ministres de l’Intérieur le 12 mai.

Publicité

Avec notre bureau à Bruxelles

La commissaire Cécilia Malmström, chargée de l’immigration, va faire une série de propositions dont celle de permettre plus facilement de rétablir les contrôles aux frontières internes de l’Union.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a par avance tempéré cette perspective en parlant de condition d’application exceptionnelle. Cette demande française vaut, par exemple, si un Etat chargé de surveiller les frontières extérieures à l’espace Schengen ne se montrait pas à la hauteur de la tâche.

On imagine immédiatement le sous-entendu visant l’Italie trop laxiste aux yeux de Paris. Mais en fait, cette idée vise, par exemple, la frontière gréco-turque qualifiée de poreuse par certains. On peut aussi inclure dans les pays visés par cette attaque la Roumanie et la Bulgarie dont l’adhésion prévue en mars a été remise parce que France et Allemagne estimaient que ces pays n’étaient pas prêts à contrôler leurs frontières.

Reste à voir maintenant quelle forme la commissaire à l’immigration veut donner à ces propositions : nouvelle loi comme le souhaite la France ou simple clarification des règles comme le préconise l’Allemagne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail