Royaume-Uni

Référendum en Grande-Bretagne : le «non» l'emporte

Les supporters du «non» fêtent les résultats du référendum sur le vote alternatif en Grande-Bretagne, le 6 mai 2011
Les supporters du «non» fêtent les résultats du référendum sur le vote alternatif en Grande-Bretagne, le 6 mai 2011 Reuters/P.Hackett

Sans vraie surprise, c’est le «non» au changement de scrutin électoral qui l’emporte en Grande-Bretagne. Grand perdant de ce référendum mais plus généralement d’une journée électorale qui renouvelait les conseils municipaux en Angleterre et le Parlement écossais : le parti libéral-démocrate est aujourd’hui groggy.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Après une journée douloureuse et humiliante, les libéraux-démocrates se retrouvent au fond du puits. Le 3ème parti du pays, allié des conservateurs dans la coalition gouvernementale a vécu la pire défaite électorale de son histoire, perdant non seulement la moitié de ses sièges de conseillers municipaux, mais aussi la bataille qui lui était si chère pour remplacer l’actuel mode de scrutin par le vote alternatif. Une réforme qui a été très largement rejetée.

Un vote sanction

Cette journée électorale s’est transformée en vote sanction pour les Lib-Dem qui paient pour avoir cautionné le plan d’austérité drastique mis en œuvre par leur coalition et avoir trahi de nombreuses promesses notamment celle de supprimer les frais d’inscription à l’université qui loin de disparaître vont en fait tripler. Leur dirigeant Nick Clegg, atteint de plein de fouet, a d’ailleurs reconnu avoir pris une vraie raclée et promis d’en tirer les leçons.

Les mois à venir s’annoncent tendus pour la coalition alors que les libéraux-démocrates chercheront à se démarquer de leurs alliés pour apaiser leurs électeurs. Ironie du sort, en Ecosse le mode de scrutin qui est le vote à la proportionnelle a permis d’élire un gouvernement majoritaire dirigé par le parti indépendantiste SNP, tandis que le scrutin majoritaire à un tour plébiscité lors de ce référendum avait lui engendré l’an dernier un Parlement suspendu et une coalition.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail