IRLANDE / ROYAUME-UNI

Irlande : la reine Elizabeth II multiplie les gestes de réconciliation

La reine d'Angleterre Elizabeth II et la présidente irlandaise Mary McAleese au stade de sports gaëlique Croke Park à Dublin, accompagné du président de l'Association athlétique gaëlique, Christy Cooney, le 18 mai 2011.
La reine d'Angleterre Elizabeth II et la présidente irlandaise Mary McAleese au stade de sports gaëlique Croke Park à Dublin, accompagné du président de l'Association athlétique gaëlique, Christy Cooney, le 18 mai 2011. AFP / POOL / IRISH GOVERNMENT / MAXWELLS

Dix mille policiers et soldats irlandais ont été mobilisés pour les 4 jours de la visite de la reine Elizabeth en Irlande. C’est la première visite d’un monarque britannique en république d’Irlande, après des siècles de conflit entre les deux îles. Quelque 120 manifestants ont lancé des fusées d'artifices sur le cordon de sécurité leur interdisant l'accès au château de Dublin, où la reine prononçait son discours officiel, mais sans que personne n'ait été blessé.

Publicité

Avec notre correspondant à Dublin, Hervé Amoric

La reine arrive au château de Dublin, non pas pour reprendre le contrôle de ce qui était autrefois le siège du pouvoir britannique en Irlande, mais pour un dîner d’Etat. C’est aussi l’occasion de l’unique discours de 4 jours de visite royale.

La reine Elizabeth II d’Angleterre : « So much of this visit reminds us of the complexity of our history [...] of being able to bow to the past, but not be bound by it ».
« Chaque moment de cette visite nous rappelle la complexité de notre histoire, nous pouvons nous pencher sur la passé, mais pas en être esclaves »

Cette visite, longtemps attendue, est d’une solennité touchante. A cause de l’histoire, du sang versé, parce qu’hier pour la première fois, les chefs d’Etats de ces deux nations, deux femmes, se tenaient côte à côte ici en Irlande, sur un pied d’égalité. Sans s’excuser pour les blessures du passé, la reine multiplie les gestes de réconciliation.

La visite au stade de sports gaëliques de Croke park est le sommet de cette visite symbole. C’est le théâtre du massacre de Bloody Sunday en 1920, pendant la guerre d’indépendance, lorsque des policiers portant l’uniforme de la couronne ont ouvert le feu sur une rencontre de football gaëlique. 14 morts. 14 martyrs de l’indépendance irlandaise.

Par sa présence, la reine souligne qu’elle ne vient pas faire du passé table rase, les deux nations n’oublieront pas leur histoire. Mais il est temps de tourner la page, après 8 siècles de conflit.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail