Italie

Des immigrés continuent d'affluer à Lampedusa

Une embarcation avec à son bord des migrants originaires d'Afrique du nord entre dans le port italien de Lampedusa le 12 avril 2011.
Une embarcation avec à son bord des migrants originaires d'Afrique du nord entre dans le port italien de Lampedusa le 12 avril 2011. AFP / Filippo MONTEFORTE

Plusieurs centaines de personnes agglutinées dans des embarcations sont arrivées dans la nuit de vendredi 10 à samedi 11 juin 2011 sur la petite île italienne de Lampedusa, pour la plupart des immigrés d'origine africaine et asiatique fuyant les combats en Libye. Selon le HCR, ce sont plus de 1 500 réfugiés qui ont débarqué à Lampedusa dans les dernières 24 heures.

Publicité

Sans compter les 1 500 personnes arrivées ce samedi, ce sont environ 16 500 personnes qui sont arrivées en l'Italie en provenance de Libye, mais c'est un chiffre très modeste comparé au million de personnes qui ont quitté la Libye à cause de la guerre.

Laura Boldrini, porte-parole du HCR en Italie

Jusqu'à présent, ce sont surtout les pays limitrophes de la Libye qui absorbent le flux des réfugiés. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) souhaite que l'Europe trouve des solutions pour les quelques milliers de personnes arrivées sur ses côtes, alors que depuis le début des combats en Libye, on compte un million de personnes qui ont fui la guerre.

« Jusqu'à présent, environ un million de personnes ont fui la violence en Libye et la plupart sont rentrées dans leur pays d'origine. Beaucoup qui étaient originaires des pays limitrophes sont rentrées chez elles, mais beaucoup de réfugiés ne peuvent pas retourner dans leur pays. Nous sommes particulièrement préoccupés du sort de ces personnes, qui sont des réfugiés de la Corne de l'Afrique ou d'autres pays du continent africain. », s'inquiète Laura Boldrini, porte-parole du HCR en Italie et d'ajouter : « Pour ces gens-là, on attend bien plus que ce qui est fait jusqu'à présent. »

Près d'un million de personnes a fui la Libye depuis le début de la révolte. Seuls des dizaines de milliers sont arrivées en Italie. Selon Laura Boldrini ce n'est pas un flux massif de réfugiés sur la région et la situation reste gérable. « En tout, sans compter les 1 500 personnes arrivées ce samedi, ce sont environ 16 500 personnes qui sont arrivées en l'Italie en provenance de Libye, mais c'est un chiffre très modeste comparé au million de personnes qui ont quitté la Libye à cause de la guerre. Donc ce que je veux dire, c'est que jusqu'à présent il n'y a pas eu de flux massif sur la région, ce nombre de 16 500 personnes est tout à fait gérable. »

Mais vu la situation en Libye, le HCR s'inquiète de l'avenir et exhorte l'Union européenne de coordonner une meilleure coopération entre les Etats-membres en cas d'afflux massif de réfugiés. « Il serait très appréciable de voir une meilleure coopération européenne, de la part de tous les Etats-membres, et nous espérons vraiment ce changement au cas où se produise véritablement un afflux massif en provenance de Libye, ce qu'on n'a pas encore vu jusqu'à présent. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail